Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan :  Toutes les collections – Adultes et Jeunes
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Auteurs (1-4 de 4)
Ruy-Sánchez, Alberto, 1951-,.

1

Livre  
Les lèvres de l'eau : roman
Montréal : Leméac, c1998.
185 p. ; 22 cm.
Second roman traduit en français d'un auteur, romancier, essayiste (O. Paz, A. Gide) et éditeur mexicain ayant vécu plusieurs années à Paris. Quelqu'un semble avoir prévu les passions du héros au point de croire pouvoir en jouer à son gré, les désirs de ce héros sont tissés dans une histoire semblable à un jeu. Il est l'auteur d'un traité amoureux qui a été perdu et appartient à une caste d'êtres sensuels dont les corps sont hantés, par "les désirs insatiables de milliers d'autres êtres morts avant d'avoir réalisé leurs rêves". Lecture agréable. Unidimensionnel. Plutôt mince et "orientalisme bon marché" comme l'écrivait P. Monette dans sa critique des «Visages de l'air». [SDM]



Afficher la fiche complète

2

Livre  
Neuf fois neuf choses que l'on dit de Mogador : roman
[Montréal] : Les Allusifs, 2006.
64 p. ; 19 cm.
Un roman poétique et sensuel, proche par endroits du poème en prose, qui dit à la fois la fascination pour cette ville marocaine (aujourd'hui Essaouira) et les jeux amoureux des corps. [SDM]



Afficher la fiche complète

3

Livre  
Quinteto de Mogador
Madrid : Alfaguara, 2014




Afficher la fiche complète

4

Livre  
Les visages de l'air : roman
Montréal : Leméac, 1997.
113 p. ; 22 cm.
Premier roman traduit en français d'un auteur et éditeur mexicain qui a vécu plusieurs années à Paris. Thème central: la naissance du désir chez une jeune Marocaine initiée par une femme. La critique est divisée: pour Pierre Monette, il s'agit d'une "fade sucrerie" à "l'orientalisme bon marché", mais Naïm Kattan, sensible au "verbe fastueux", situe l'oeuvre entre récit et poésie, et la trouve très belle. A notre sens un récit plutôt mince dont l'intérêt est d'ordre esthétique. [SDM]



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.