Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan :  Toutes les collections – Adultes et Jeunes
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Auteurs (1-24 de 24)
Dubois, René-Daniel, 1955-

1

Livre  
26 bis, impasse du Colonel Foisy : [théâtre]
[Montréal] : Leméac, 1983.
xxvi, 80 p. ; 20 cm.
Après avoir abordé le drame de l'absence de soi et des autres dans «Adieu, docteur Münch» (cf. CB: 8206609), René-Daniel Dubois traite ici du désir qui trouve son acuité dans l'absence de l'autre. La relève théâtrale, au Québec, est désormais assurée par des auteurs dont le talent s'affirme: ils s'appellent René-Daniel Dubois, Normand Chaurette (qui préface attentivement la pièce, etc.). Ces dramaturges pratiquent un théâtre dépouillé quoique "théâtral", toujours à la limite d'un réel, cette limite constituant pour eux l'objet même de l'acte théâtral. Une réaction salubre aux calques folklo-réalistes. [SDM]



Afficher la fiche complète

2

Livre  
Adieu, docteur Münch-- : [théâtre]
[Montréal] : Leméac, 1982.
xxv, 80 p. : 2 ill. ; 20 cm.
Ce genre de théâtre mytho-métaphysique, qui cherche à exprimer le désarroi de l'homme moderne en usant de figures antiques (Oedipe) et en multipliant les formes, les métamorphoses, les incarnations d'un même personnage, présente de grands risques. R.-D. Dubois ne les a pas tous évités. En particulier, comment aurait-il pu faire une pièce, c'est-à-dire communiquer avec un public, par le truchement de voix aussi disparates, débris d'un langage qui ne parvient pas à se constituer en dialogue. Un projet ambitieux sans doute, mais trop pour l'expérience et la maturité scénique de l'auteur. Audacieux mais aussi ambigu. Dans le texte de présentation, Michel Larouche voit dans l'oeuvre le drame de l'absence de soi et des autres. [SDM]



Afficher la fiche complète

3

Livre  
Being at home with Claude : [théâtre]
[Montréal] : Leméac, 1986.
125 p. : portr. ; 20 cm.



Afficher la fiche complète

4

Livre  
Being at home with Claude : [théâtre]
Montréal : Leméac, 2001.
xvi, 121 p. : ill. ; 20 cm.
Robert Lévesque, dès 1985 dans ##Le Devoir##, a rendu un bel hommage à l'auteur qu'il a qualifié de "plus esthète de nos écrivains de théâtre" et de "plus viscéral" de nos "poètes dramatiques". "L'histoire mirobolante" (G. Choquette) et tragique d'un jeune qui se livre à la prostitution est au centre de cette "explosion d'amour" (G. C.), de cette oeuvre "dure et attendrissante, passionnée" (R. Bernatchez). Dans la présentation, p. xi-xvi, Yves Dubé pose la question énoncée par Paul Toutant, journaliste à Radio-Canada: "Peut-on tuer parce qu'on aime trop?" Coupures de presse, p. 118-121. [SDM]



Afficher la fiche complète

5

Livre  
Being at home with Claude : [théâtre]
Montréal : Leméac, 2006, c2001.
xiv, 109 p. ; 20 cm.
Robert Lévesque, dès 1985 dans ##Le Devoir##, a rendu un bel hommage à l'auteur qu'il a qualifié de "plus esthète de nos écrivains de théâtre" et de "plus viscéral" de nos "poètes dramatiques". "L'histoire mirobolante" (G. Choquette) et tragique d'un jeune qui se livre à la prostitution est au centre de cette "explosion d'amour" (G. C.), de cette oeuvre "dure et attendrissante, passionnée" (R. Bernatchez). Dans la présentation, p. ix-xiv, Yves Dubé pose la question énoncée par Paul Toutant, journaliste à Radio-Canada: "Peut-on tuer parce qu'on aime trop?" Coupures de presse, p. 105-109. [SDM]



Afficher la fiche complète

6

Livre  
Bob : théâtre
Montréal : Leméac, 2008.
190 p. ; 20 cm.



Afficher la fiche complète

7

Livre  
De quels médias le Québec a-t-il besoin?
Montréal, Québec : Leméac, [2015]
201 pages ; 22 cm.



Afficher la fiche complète

8

Livre  
De quoi le territoire du Québec a-t-il besoin? : [recueil d'entretiens]
Montréal : Leméac, 2013.
180 p. ; 22 cm.



Afficher la fiche complète

9

Livre  
Entretiens : janvier-avril 2005
Montréal : Leméac, 2006.
609 p. ; 21 cm.
Dialoguer avec son double. Au seuil de ses cinquante ans, R.-D. Dubois a pour objectif de "marquer le terme d'une des "étapes cruciales" de sa vie, de comprendre qui il est, qui il est devenu et ce qui l'anime (cf. p. 13). L'auteur aux "prises de position controversées", dramaturge, metteur en scène, comédien, scénariste, poète, professeur et pamphlétaire, qui "en connait un bout sur la marginalisation", assume son "individualisme comme un devoir d'intégrité" (O.T.). Il est tout à fait à l'aise dans le "genre littéraire hybride" de ces ##Entretiens##, "entre confidences intimes, essais de société, flux verbal, coups de gueule, coups de coeur, émotion pure" (O.T.). Une phrase résume assez bien une part importante de la démarche de l'auteur: "ma colère, ma révolte, face à l'immonde mépris à même lequel est tissée la culture des élites de cette société [québécoise], est terrifiante" (p. 315).



Afficher la fiche complète

10

Livre  
--et Laura ne répondait rien : théâtre
Montréal : Leméac, 1991.
60 p.



Afficher la fiche complète

11

Livre  
Frénétiques : treize intellectuels québécois répondent à la question : quelle est votre perception de la culture au Québec à l'aube du XXIe si
Montréal : Triptyque, c1999.
137 p. ; 21 cm.



Afficher la fiche complète

12

Livre  
Julie
[Montréal] : Boréal, c1996.
95 p. : ill. ; 16 cm.
Julie, une fillette de huit ans, s'interroge sur le bien fondé des droits des Grands, des défenses et obligations des Petits: droit de boire du café, du vin, droit de fumer, obligation de boire du lait, du jus, de manger des Corn Flakes. "Julie est en simonak". A sa fête, elle se lève, alors que tous dorment, pour transgresser les interdits qui la feront grandir. Elle ne sera que malade, mais sa maladie lui permet de découvrir l'amour de son père pour sa maîtresse et vice versa. Cette vision du bonheur, de l'amour, lui dévoile un aspect de vie qui la fait grandir. Julie n'est pas le portrait type des fillettes de huit ans, elle est un phénomène. Si elle a des curiosités de son âge, elle n'en a pas toujours le raisonnement, ni le langage. Je me permets de douter qu'un enfant soit très heureux de surprendre son père à embrasser sa bonne amie. Personnage d'abord conçu pour la scène. [SDM]



Afficher la fiche complète

13

Livre  
Le livre inachevé de l'Orgueil des rats : grand hall : roman
Montréal (Québec) : Leméac, [2020]
390 pages ; 22 cm.



Afficher la fiche complète

14

Livre  
Morceaux : entretiens sur l'écho du monde, l'imaginaire et l'écriture : juillet 2005-janvier 2006
Montréal : Leméac, 2009.
680 p. ; 21 cm.
Dialoguer avec son double. Second volume d'un projet autobiographique dans lequel l'auteur entend "marquer le terme d'une des "étapes cruciales" de sa vie, de comprendre qui il est, qui il est devenu et ce qui l'anime (cf. p. 13 du premier tome). L'auteur aux "prises de position controversées", dramaturge, metteur en scène, comédien, scénariste, poète, professeur et pamphlétaire, qui "en connait un bout sur la marginalisation", assume son "individualisme comme un devoir d'intégrité" (O. T.). Il est tout à fait à l'aise dans le "genre littéraire hybride" de ces «Entretiens», "entre confidences intimes, essais de société, flux verbal, coups de gueule, coups de coeur, émotion pure" (O. T.). Riche et stimulant. [SDM]



Afficher la fiche complète

15

Livre  
Ne blâmez jamais les Bédouins : [théâtre]
[Montréal] : Leméac, 1984.
199 p. : ill., portr. ; 20 cm.
Quête de durée et tentatives de saisie dans un univers de fuites. Un théâtre à la sophistication maîtrisée, à la limite du tape-à-l'oeil. Dans un article aussi remarquable que la pièce qui l'inspire, Diane Pavlovic («Jeu» no 32, p. 87-97) parle de la séduction de ce texte. Tragédie et mélodrame confondus, qui superpose "la réflexion politique à la philosophie et au mysticisme", qui mêle les humours jaune et noir à une détresse profonde, qui "exploite la veine du sensationnalisme autant que celle de la confidence troublée". [SDM]



Afficher la fiche complète

16

Livre  
Panique à Longueuil-- : [théâtre]
Montréal : Leméac, 1980.
126 p. : ill. ; 20 cm.
Fin avril 1980, Jacques Larue-Langlois a écrit que «Panique à Longueuil» était le meilleur spectacle de café-théâtre de la saison. La pièce se jouait alors depuis le début de février au Nelligan, à Montréal. L'argument est simple: un locataire d'un immeuble à revenus de Longueuil se retrouve à la porte de son propre appartement, coincé pour un temps sur son balcon. D'aventures en quiproquos, il retrouvera sa tranquilité d'esprit et son confort, non sans avoir affronté sous l'apparence de divers voisins et d'un rat, les sept péchés capitaux. Cette amusante caricature de notre société stratifiée comme un immeuble est, selon le préfacier (un peu trop bavard: seize pages de présentation), essentiellement "un drame de passions dont les rebondissements [...] obéissent à une convention établie depuis la nuit des temps [...]". [SDM]



Afficher la fiche complète

17

Livre  
Panique à Longueuil-- : [théâtre]
Montréal : Leméac, 1980
126 p. : ill. ; 20 cm



Afficher la fiche complète

18

Livre  
Peau de phoque : nouvelles
Montréal : les Allusifs, [2020]
280 pages ; 20 cm.



Afficher la fiche complète

19

Livre  
Porte d'entrée : le livre inachevé de l'Orgueil des rats
Montréal : Leméac, 2013.
259 p. ; 22 cm.



Afficher la fiche complète

20

Livre  
Le printemps, monsieur Deslauriers : théâtre
Montréal : Guérin, 1987.
125 p. ; 21 cm.
Comme l'a signalé Robert Lévesque, cette pièce taillée sur mesure pour Jean Duceppe, laisse une impression de grandiloquence et de drame incomplet. Sujet: un père riche, sorte de roi Lear d'Ahuntsic, déshérite ses enfants pour les forcer à accomplir leurs propres rêves. Une tragédie ratée. [SDM]



Afficher la fiche complète

21

Livre  
Le printemps, monsieur Deslauriers : théâtre
Montréal : Guérin, 1987
125 p. ; 21 cm



Afficher la fiche complète

22

DVD  
Le sort de l'Amérique / [enregistrement vidéo]
[Montréal] : Office national du film du Canada, c2006.
1 DVD (90 min) : son., coul. ; 12 cm.
Après la bataille des plaines d'Abraham, le 13 septembre 1759, le monde ne sera plus jamais le même. Les Anglais domineront le continent nord-américain. Les Français se retireront dans leurs terres. Les Canadiens se demanderont s'ils ont été vaincus, conquis ou abandonnés. Tout pays est fondé sur un mythe. Wolfe et Montcalm, morts à la guerre, donneront naissance au Canada. Ce récit prend la forme d'une rencontre entre un dramaturge (René-Daniel Dubois) et un documentariste (Jacques Godbout) sur le terrain miné de l'histoire. Il commence par une visite aux descendants des généraux morts au combat, examine par la suite les stratégies et les enjeux de cette guerre et s'interroge enfin sur les responsables de la défaite. [SDM]



Afficher la fiche complète

23

Livre  
Tu faisais comme un appel : docudrame
Montréal : Les Herbes rouges, 1991.
102 p. ; 21 cm.
Cette pièce - un "docudrame" nourri de la réalité sociale des années 1950 - n'est pas un "reportage sur les horreurs qui avaient cours dans certaines institutions du passé québécois récent", mais plutôt un texte qui "déborde de l'émotion de ces quatre femmes qui racontent leur enfance et leur adolescence en cage" (cf. le texte en postface de R.-D. Dubois, p. 147-151). [SDM]



Afficher la fiche complète

24

Livre  
Vestibule : roman
Montréal, Québec : Leméac, [2015]
372 pages ; 22 cm.



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.