Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Other (1-6 de 6)
Sarbacane : Amnesty international,

1

Livre  
À quoi tu joues?
Paris : Sarbacane : Amnesty international, 2009.
[23] p. (certaines pliées) : ill. en coul. ; 24 cm.
Publié en collaboration avec Amnesty International, cet album s'attaque aux stéréotypes tenaces qui ont toujours cours dans la société des années 2000. Deux séries de doubles pages énumèrent tour à tour cinq activités traditionnellement associées aux filles et aux garçons. Sur les pages de gauche défilent ainsi des photographies de fillettes jouant à la poupée, dansant ou sautant à la corde et de garçonnets pratiquant le soccer, s'amusant avec des voiturettes ou simulant la guerre.



Afficher la fiche complète

2

Livre  
Au pays de la mémoire blanche
Paris : Sarbacane : Amnesty International, 2011.
123 p. : principalement des ill. en coul. ; 32 cm.



Afficher la fiche complète

3

Livre  
L'ennemi
Paris : Sarbacane : Amnesty International, [2007].
[47] p. : ill. ; 31 cm.
C'est la guerre. Terrés dans leurs trous respectifs, deux soldats attendent dans la peur, la faim et la solitude. L'un d'entre eux prend la parole, affirmant que cette faim qui le tenaille est certainement la seule chose qu'il a en commun avec cet ennemi dont il aimerait bien voir le visage. Car le manuel qu'on lui a remis au début de la guerre l'expliquait bien: l'ennemi "est une bête sauvage. Il ne connaît pas la pitié. Il tue les femmes et les enfants. Il tue sans raison. C'est sa faute à lui s'il y a la guerre." Mais les semaines passent et le soldat s'interroge de plus en plus sur son opposant, se demandant s'il regarde lui aussi les étoiles qui brillent dans le ciel en espérant que la guerre cesse. Un jour, n'y tenant plus, il sort de son trou, bien décidé à mettre un terme au conflit en tuant l'ennemi.



Afficher la fiche complète

4

Livre  
Les espoirs de Bouba
Paris : Sarbacane : Amnesty International, 2008.
[28] p. : ill. en coul. ; 27 cm.
Bouba est pâtissier. Tous comptent sur lui, jour après jour, pour fournir ces petits trésors d'espoir qu'on savoure pour se redonner courage. Ainsi le lundi, c'est Moussa qui vient en attendant que sa jambe guérisse; mardi c'est la crémière qui se régale en attendant que son mari revienne de la guerre; le mercredi, c'est Marika qui se sucre le bec en rêvant d'un baiser, et ainsi de suite. Mais un lundi, Bouba n'est pas là! Les villageois doivent donc se mettre aux fourneaux afin de remplir eux-mêmes le creux qu'ils ont au ventre, jusqu'à ce que Bouba revienne d'un pays sans espoir... -- Un conte poétique, illustré à la verticale de gouaches stylisées mettant en scène la vie d'un village créole aux minuscules maisons antillaises, animées d'une multitude de couleurs vives. On y célèbre la gourmandise qui console, tout en invitant le coeur qui se languit à plus d'autonomie. [SDM]



Afficher la fiche complète

5

Livre  
La guerre des mots
Paris : Sarbacane : Amnesty International, 2012.
[33] p. : ill. en coul. ; 34 cm.
Les mots sont déprimés: nombre d'entre eux ont disparu ou sont mal employés et leur territoire s'amenuise de jour en jour au profit des chiffres, qui semblent les avoir remplacés dans tous les domaines, de la Bourse aux journaux en passant par la météo, les tests passés par les ophtalmologistes et des jeux tels le Scrabble! Bien décidées à ne pas s'en laisser imposer par ces ennemis qui se font de plus en plus arrogants à leur endroit, les lettres décident une nuit de reconquérir leurs contrées! Les nombres décimaux sont décimés, ceux en or sont fondus et les lettres remplacent bientôt les chiffres partout dans la société! Ce qui ne tarde pas à entraîner la pagaille chez les citoyens privés de leurs repères (poids, temps, mesure), eux qui n'arrivent plus à lire l'heure, à prendre leur température ou à situer leur rang dans une salle d'attente. "Après quelques jours de panique bien compréhensible, les hommes se rendirent compte que si les chiffres étaient extrêmement pratiques, ils n'auraient jamais ni le charme ni la poésie des mots" (p. [29]). Tout se résout finalement en musique, autour d'un traité dans lequel les deux partis se promettent de respecter leurs droits et territoires...



Afficher la fiche complète

6

Livre  
Mon papa roulait les R
Paris : Sarbacane : Amnesty International, 2008.
[25] p. : ill. en coul. ; 24 x 30 cm.
Une grande fille évoque, par bribes de souvenirs, sa prise de conscience de la condition d'apatride de son père en relatant, avec une tendresse nostalgique, qu'il roulait ses "R" quand elle était petite, qu'elle ne parlait à ses grands-parents que par téléphone et qu'une fois par année, pour Noël, il leur faisait parvenir du café et des médicaments, qu'il lui enseignait à compter dans une autre langue, sans jamais vraiment lui expliquer d'où il était, alors qu'il avait traversé l'Europe et qu'il semblait triste en lui disant "que si les choses doivent arriver, elles arrivent, inutile de se lamenter". (cf. p. [19]). -- On comprend avec les illustrations et quelques notions de géographie et d'histoire, que ce dernier a probablement fui un pays de l'Europe de l'Est que traverse le Danube ou l'Ukraine, mais les jeunes lecteurs, comme l'héroïne, resteront sans comprendre réellement les origines de cet expatrié et ne garderont du mot "apatride" (cité sans explication dans le texte) qu'un sentiment de perte que suggèrent les larmes du père résigné. Sans en sortir bouleversé, on peut se demander si on n'aurait pas dû aller jusqu'au bout de cet exercice sur les peuples en exil en étant plus précis. Des peintures accompagnent cependant le récit avec une délicatesse révélatrice, ciselant des éléments de ces cultures slaves dans des compositions parées de couleurs vibrantes. [SDM]



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.