Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Sujets français (1-9 de 9)
Travail de deuil

1

Livre  
À ce soir
[Paris] : Gallimard, 2001.
185 p. ; 21 cm.
"Il n'y a qu'avec les mots qu'on peut essayer de trouver le moyen de continuer à vivre" s'écrie la narratrice de cet émouvant récit qui narre sobrement mais cruellement la mort prématurée de son enfant. En courts paragraphes qui sont autant d'instantanés, la douleur exorcisée par l'écriture. [SDM]



Afficher la fiche complète

2

Livre  
Après le suicide d'un proche : vivre le deuil et se reconstruire
Paris : Albin Michel, c2007.
201 p. ; 23 cm.
Après le suicide d'un enfant, d'un compagnon ou d'un parent, la douleur est tellement grande que les mots manquent pour l'exprimer. Le docteur Fauré aborde ici tous les aspects de cette détresse: le désespoir, la colère, la culpabilité, le désir d'en finir à son tour, le désarroi des proches. À partir de nombreux témoignages, qui sont autant de reflets de la diversité des situations, il s'adresse à celui qui reste et à son entourage, si démuni pour le soutenir. [SDM]



Afficher la fiche complète

3

Livre  
Carnet de deuil : mieux vivre les pertes et les ruptures par la méthode du Journal créatif
Montréal, Québec : Le Jour, [2019]
171 pages : illustrations en couleur ; 24 cm.



Afficher la fiche complète

4

Livre  
Derrière le rideau
Montréal : Éditions de l'Homme, 2011.
256 p. ; 23 cm.
Le 24 décembre 2000, la vie de l'auteure, psychothérapeute réputée, bascule en quelques minutes: son mari est assassiné à deux pas d'elle, alors qu'elle est cachée derrière un rideau. La douleur de la perte se mêle à l'incompréhension. Qui est cet homme qu'on appelle le Balsero? Comment est-il entré dans leur maison lors de cette nuit funeste? Et surtout, pourquoi a-t-il tiré? Pour Marie Lise et sa nièce Julie, également présente le soir du meurtre, c'est un lent processus de reconstruction qui s'amorce. La surprise de l'agression et les réflexes de survie laissent lentement place à la douleur, aux souvenirs, à la nostalgie et au besoin de comprendre et de trouver un sens à cette tragédie. En parlant pour la première fois des blessures qu'elles portent l'une et l'autre depuis l'assassinat, elles livrent un témoignage fort, rempli de rebondissements. [SDM]



Afficher la fiche complète

5

Livre  
Le deuil : accepter, laisser partir et choisir la vie
Montréal : Éditions du CRAM, 2011.
168, [3] p. ; 23 cm.
Le deuil, accepter, laisser partir et choisir la vie est le second ouvrage d'une série de trois qui portent sur le processus du deuil (le premier évoquait la blessure relationnelle et le troisième traitera de la renaissance, de créer sa vie). Il démontre comment, à travers un processus relationnel, c'est-à-dire à l'aide d'une personne signifiante à professionnel ou proche, l'endeuillé peut en venir à accepter la perte, faciliter le "laisser partir", à travers des rituels intimes ou publics, afin de résolument se tourner vers l'autre polarité du deuil, la lumière et la vie qui continue...



Afficher la fiche complète

6

Livre  
Excusez-moi, je suis en deuil : les petits groupes d'endeuillés remplaceront-ils les rituels funéraires traditionnels?
Montréal : Novalis, 2011.
165 p. ; 21 cm.
Nos contemporains ont l'épiderme sensible: ils ne supportent pas que nous parlions de mort et de deuil, mots devenus tabous pour eux. Nous ne pouvons plus évoquer ces sujets sans créer chez nos vis-à-vis, un climat d'ennui et de mélancolie, voire de dépression. Si le déni social de la mort et du deuil prévaut, que dire du sort des endeuillés eux-mêmes? Ils se sentent malvenus dans une société qui adopte un « non-dit » devant ces réalités déjà pénibles à vivre.



Afficher la fiche complète

7

Livre  
J'ai réussi à rester en vie : récit
Paris : P. Rey, 2011.
473 p. ; 22 cm.
Entré à l'hôpital le 11 février 2008 pour une pneumonie sans gravité, R. Smith, le mari de J.C. Oates, décède une semaine plus tard d'une violente et soudaine infection nosocomiale. Dans ce récit, cette dernière, en proie à l'angoisse de la perte, à la désorientation de la survivante cernée par un cauchemar de démarches administratives, décrit l'innommable expérience du chagrin. -- [l'Éditeur].



Afficher la fiche complète

8

Livre  
Jamais de la vie : écrits et images sur les pertes et les deuils
Montréal : Editions du Passage, 2001.
177 p. : ill. (certaines en coul.) ; 22 cm.
Les événements du 11 septembre 2001 nous font réfléchir plus que jamais sur le sens de la mort, de la perte et du suicide. C'est exactement ce à quoi se sont livrés les 19 écrivains de ce joli recueil, de textes et d'images sur le deuil et les pertes. Des textes de Nancy Huston, Suzanne Jacob, Irène Witthome, et bien d'autres, permettent de cristalliser les sentiments déchirants que provoque la mort. [SDM]



Afficher la fiche complète

9

Livre  
Jasette amicale avec le deuil
Montréal (Québec) : Michel Lafon Canada, [2019]
254 pages ; 21 cm.



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.