Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
 

Réserver ce titre Ajouter à vos coups de coeur Ajouter au panier Nouvelle recherche Panier Vider le panier
 
 
 

 
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles

 
     
 
Titre A silent voice / oeuvre originale & dessins, Yoshitoki Oima ; roman, Yoko Kurahashi ; traduit du japonais par Mathilde Tamae-Bouhon.
Auteur Kurahashi, Yoko, 1953- auteur.
Éditeur [Paris] : Lumen, [2021]
Résultat Titre précédent Titre suivant  
 
Sujet français Sourdes -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Adolescents du secondaire -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Intimidation dans les écoles -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Harcèlement dans les écoles -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Enfants handicapés -- Violence envers -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Dépression -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Pardon -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Amitié -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Résilience (Trait de personnalité) -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Japon -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Genre français Romans sociaux.
Novélisations.
Documents pour la jeunesse.
Collaboration Adaptation de (oeuvre): Ōima, Yoshitoki. Koe no katachi
Ōima, Yoshitoki illustrateur.
Description 412 pages : illustrations ; 23 cm.
Résumé Sourde de naissance (un handicap qui a poussé son père à l'abandonner et à laisser sa mère l'élever seule), Shoko Nishimiya fait son entrée dans une école où elle devient d'entrée de jeu le souffre-douleur de Shoya Ishida et se sa bande. Les brimades physiques et psychologiques se succèdent de manière cauchemardesque jusqu'à ce jour où le caïd casse les appareils auditifs de la jeune fille et que la famille de cette dernière porte plainte au directeur de l'établissement. De bourreau, Shoya devient alors victime à son tour, lui que ses anciens camarades désignent comme le seul responsable des actes vils auxquels ils ont pourtant participé. Les années passent et, alors qu'il vient d'entrer en Terminale (Cégep), le jeune homme esseulé, comprenant le mal qu'il a pu faire, projette de demander pardon à Shoko, puis de mettre fin à ses jours. Les retrouvailles qui s'ensuivent viennent cependant bouleverser ses plans... [SDM]
Critique Un roman inspiré du manga éponyme, qui dissèque avec un réalisme percutant les mécanismes de ce fléau contemporain qu'est le harcèlement en milieu scolaire, et ce, en démontrant les conséquences tragiques qu'il peut avoir à plus ou moins long terme sur les jeunes qui en sont victimes. L'univers cruel et impitoyable que peut être l'école est mis en scène sans complaisance à travers les aventures d'un jeune garçon turbulent, qui n'est pas foncièrement méchant, mais qui cherche à se faire valoir et à tromper l'ennui qu'il éprouve en classe en s'attaquant aux plus faibles que lui. Chacun de leur côté, Shoko et Shoya en viennent à s'enfoncer dans le malheur et la dépression jusqu'à ce que leurs retrouvailles élargissent leurs horizons et leurs perspectives, démontrant à quel point le pardon et l'amitié sont salvateurs. En fouillant la psychologie de ses héros, l'auteure évite adroitement les écueils du manichéisme et dépeint par ailleurs avec sensibilité les difficultés qu'ont les jeunes sourds à se tailler une place, particulièrement dans une société nippone extrêmement compétitive où le handicap est perçu comme une faiblesse. En raison du fossé culturel entre le Japon et le Québec, certains passages pourront d'ailleurs heurter certains lecteurs, non seulement en raison du rejet dont l'héroïne est victime de la part de ses parents (qui sont considérés comme punis pour avoir eu un enfant handicapé), mais également des gifles et autres corrections physiques qui lui sont infligées. On soulignera finalement que cette adaptation en roman n'a malheureusement pas l'intensité de l'oeuvre originale. Tout en faisant ressortir de légères incohérences dans le scénario, la narration manque en effet de fluidité et de chaleur et se caractérise par un ton très factuel, un style littéraire pauvre et des enchaînements très maladroits de scènes, qui se succèdent de manière très linéaire sans que de véritables transitions les lient les unes avec les autres. À compter de 14 ans. [SDM]
Public cible J++ 3.
Langue Texte en français.
ISBN 9782371022843 (broché)
   
   
 
Bibliothèque Note Cote Statut
 SAINT-MICHEL - Jeunes - Nouveautés    EN TRAITEMENT
 
 
 
   
    Résultat Titre précédent Titre suivant

 
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.