Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Sujets français (1-4 de 4)
Pirates -- Antilles -- Histoire -- 16e siècle -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.

1

Livre  
À bord de l'ouragan. 2, La religion des autres
Montréal : Hurtubise, 2011.
258 p. : ill., carte ; 19 cm.
An de grâce 1571. Mange-Coeur, pirate aux moeurs cannibales, est l'heureux fondateur de l'utopie d'Anahiville, une petite communauté libertine où sont admises les religions des uns et des autres, se posant ainsi comme l'ennemie jurée de ces conquérants du Nouveau Monde qui refusent de partager leur territoire avec ceux qui ne sont pas de leur allégeance. Le très craint et respecté flibustier rentre ici au bercail après avoir abordé un luxueux galion espagnol. Outre d'importantes richesses, l'équipage de l'Ouragan ramène avec lui de multiples prisonniers, parmi lesquels la jolie Margarita: une jeune infirme que son père désirait marier à un riche commerçant espagnol. Gédéon, le fils adoptif de Mange-Coeur, tombe d'emblée sous le charme de la jeune fille. Aussi, lorsqu'il apprend que ses concitoyens ont voté pour l'exécution de sa belle, l'adolescent est confronté à un très lourd dilemme: rester loyal à ses sentiments en aidant Margarita et les autres otages à s'évader ou encore renoncer à son amour et sauver la société du seul père qu'il ait jamais connu... [SDM]



Afficher la fiche complète

2

Livre  
Pirates. 1, L'île de la Licorne
[Montréal] : Hurtubise HMH, 2008.
249 p. : ill., carte ; 19 cm.
Caraïbes, 16e siècle. François Poivre, un jeune marin français de 14 ans, se réveille, totalement amnésique, sur le pont d'un navire où gisent de nombreux corps ensanglantés. Un étrange homme prénommé Armand, qui se dit son oncle, lui révèle son identité et lui apprend qu'ils ont été faits prisonniers par le capitaine Doublon d'Or, un féroce pirate qui a pris d'assaut le galion espagnol sur lequel ils faisaient route en direction d'un lieu dont François ignore tout. Comme il ignore où il a appris à parler l'arawak, la langue d'une importante tribu des Antilles: les Tainos. C'est toutefois grâce à ce don pour les langues que l'adolescent se voit offrir une place de mousse à bord de la caravelle de Doublon d'Or, qui entend se servir de lui pour convaincre les Sauvages de les laisser, lui et son équipage, mouiller l'ancre sur leurs terres, le temps de refaire leurs provisions et de réparer leur embarcation. En compagnie de son pseudo-oncle, qui semble avoir bien.



Afficher la fiche complète

3

Livre  
Pirates. 2, La fureur de Juracán
[Montréal] : Hurtubise HMH, 2008.
300 p. : ill., carte ; 19 cm.
Après un long et périlleux voyage, Urbain a été fait prisonnier par les sbires du cruel capitán espagnol Luis Meliton de Navascués. Établi à Virgen-Santa-del-Mondo-Nuevo, sur la côte péruvienne, ce dernier se targue d'avoir découvert la légendaire cité d'or et d'être sur le point d'en extraire les innombrables richesses. Or, la veille de son exécution, Urbain échappe aux griffes de son geôlier et réussit à rejoindre le redouté pirate Cape-Rouge (qui n'est nul autre que Armand, rencontré dans le premier volume). L'adolescent est parfaitement conscient que ce flibustier déteste autant que lui les suppôts de Charles Quint et le mépris qu'ils nourrissent à l'égard des Naturels, qu'ils ont réduits en esclavage. Il lui propose donc de s'allier à lui afin de débusquer la cité mythique et de s'emparer des richesses qu'elle recèle avant les Espagnols. Toutefois, si les concurrents sont nombreux et féroces, rares (pour ne pas dire inexistants) sont ceux qui peuvent affirmer avec certitude connaître la localisation exacte de ce trésor si prisé... -- Traîtrise, cupidité et torture sont au coeur de ce roman d'aventures porté par les parfums enivrants et exotiques des Antilles, qui fait revivre les fougueuses et sanglantes épopées des pirates tout en faisant découvrir le mode de vie des tribus amérindiennes qu'ils massacraient au passage. L'auteur mentionne d'ailleurs dans une note préliminaire que les sévices et scènes de violence décrites sont inspirés de témoignages d'époque, références à l'appui. Un second opus rédigé d'une écriture toujours aussi alerte et parfaitement maîtrisée, qui intègre une multitude de termes maritimes, d'expressions du vieux français et de mots dérivés des dialectes indigènes qui ajoutent à la crédibilité du récit et qui sont expliqués dans le glossaire final. À suivre. [SDM]



Afficher la fiche complète

4

Livre  
Pirates. 3, L'emprise des cannibales
Montréal : Hurtubise, 2009.
290 p. : carte ; 19 cm.
Cape-Rouge a juré de faire payer jusqu'au dernier les hommes qui ont osé attaquer Lilith, son île secrète. Un à un, ses ennemis tombent sous la torture, étripés, la langue arrachée, les membres criblés de clous. La prochaine étape: prendre d'assaut Virgen-Santa-del-Mondo-Nuevo, la forteresse du cruel capitán espagnol Luis Meliton de Navascués. Tandis que ce dernier s'inquiète de constater que la légendaire cité d'or qu'il est certain d'avoir découvert ne recèle pas autant de richesses qu'elle le devrait, Cape-Rouge entraîne ses hommes sur l'île de la Licorne avec l'intention de convaincre les guerriers kalinagos d'allier leurs efforts aux leurs afin d'anéantir une fois pour toutes le terrible conquérant espagnol. D'avoir sauvé la vie de François (cf. premier tome de la série), l'homme aux origines métissées qui est désormais cacique de cette tribu de cannibales, suffira-t-il à convaincre ce peuple de leur prêter main-forte? -- Traîtrise, cupidité et torture sont de nouveau au coeur de ce roman d'aventures porté par les parfums enivrants et exotiques des Antilles, qui fait revivre les fougueuses et sanglantes épopées des pirates tout en donnant à découvrir le mode de vie des tribus amérindiennes qu'ils massacraient au passage. L'auteur mentionne d'ailleurs dans une note préliminaire que les sévices et scènes de violence décrits sont inspirés de témoignages d'époque, références à l'appui.



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.