Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Sujets français (1-7 de 7)
Orphelinats -- Fiction

1

Livre  
Ballerina : l'album du film
Paris : Les Livres du Dragon d'or, [2016]
27 pages : illustrations en couleur ; 22 cm.
Brève adaptation du long métrage d'animation narrant les aventures de Félicie Lebraz, une jeune orpheline de onze ans qui rêve de devenir danseuse étoile à l'Opéra de Paris. Grâce à une invention mise au point par son ami Victor, elle s'évade un jour de son orphelinat breton et rejoint la capitale française, où un coup du sort lui permet de se faire passer pour l'impertinente bourgeoise Camille Le Haut dans la classe des petits rats. Or, son subterfuge sera découvert et l'héroïne devra faire preuve d'énormément de persévérance pour se tailler une place dans cet univers très rigide où les erreurs techniques ne sont pas permises. Pour y arriver, elle pourra toutefois compter non seulement sur l'aide d'Odette, une ancienne danseuse devenue femme de ménage, mais également sur la passion qui l'anime et qui fait défaut à Camille, dont le jeu manque cruellement d'émotion puisqu'elle ne danse que pour satisfaire les désirs de sa mère... [SDM]



Afficher la fiche complète

2

Livre  
Ballerina : un bel album & le poster du film
Paris : Les Livres du Dragon d'or, [2016]
35 pages : illustrations en couleur ; 27 cm + 1 affiche.
Adaptation du long métrage d'animation narrant les aventures de Félicie Lebraz, une jeune orpheline de onze ans qui rêve de devenir danseuse étoile à l'Opéra de Paris. Grâce à une invention mise au point par son ami Victor, elle s'évade un jour de son orphelinat breton et rejoint la capitale française, où un coup du sort lui permet de se faire passer pour l'impertinente bourgeoise Camille Le Haut dans la classe des petits rats. Or, son subterfuge sera découvert et l'héroïne devra faire preuve d'énormément de persévérance pour se tailler une place dans cet univers très rigide où les erreurs techniques ne sont pas permises. Pour y arriver, elle pourra toutefois compter non seulement sur l'aide d'Odette, une ancienne danseuse devenue femme de ménage, mais également sur la passion qui l'anime et qui fait défaut à Camille, dont le jeu manque cruellement d'émotion puisqu'elle ne danse que pour satisfaire les désirs de sa mère... [SDM]



Afficher la fiche complète

3

Livre  
Je m'appelle Baraka
Toronto, Ontario : Éditions Scholastic, [2015]
30 pages non numérotées : illustrations en couleur ; 27 cm.
Album souple au cours duquel on raconte l'histoire d'un orphelin handicapé du Kenya que sa grand-mère, trop pauvre pour le garder avec elle et ses nombreux cousins, conduit à la résidence Rolling Hills, un orphelinat qui offre à d'autres enfants comme lui, une chance d'être scolarisés, nourris et hébergés, tout en demeurant en contact avec leurs tuteurs légaux. Baraka est né avec une infirmité aux mains (il lui manque des doigts) et a d'abord été nommé Muthini, ce qui signifie douleur dans sa langue. Ce prénom lui occasionne cependant des moqueries et la pitié des autres. Un matin sa grand-mère le conduit à pied, alors qu'il n'est pas chaussé sur une longue route afin de laisser à cet établissement de charité. L'homme qui le reçoit refuse d'abord, puis accepte de le prendre à condition qu'il change de nom pour Baraka qui signifie bénédiction. [SDM]



Afficher la fiche complète

4

Livre  
Le journal de Blumka : inspiré de la vie des enfants dans l'orphelinat dirigé par Janusz Korczak
[Voisins-le-Bretonneux] : Rue du monde, 2012.
69 p. : ill. en coul. ; 29 cm.
Varsovie. Dans son journal intime, la jeune Blumka raconte son quotidien à l'orphelinat fondé par le médecin Janus Korczak. Elle y dresse plus précisément le portrait de douze de ses camarades d'infortune en plus de faire l'éloge de la philosophie pédagogique de son bienfaiteur qui leur inculque des valeurs telles: la solidarité, la justice, le respect de soi et des autres, etc.



Afficher la fiche complète

5

Livre  
Lali l'orpheline : où l'on se demande si l'on peut faire du mal en croyant faire du bien
Paris : Oskar, 2011.
47 p. : ill. ; 23 cm.
Fébrile, un homme tend les bras pour accueillir en ce monde sa petite Marion nouvellement née. Vingt ans plus tard, la fille devenue femme lui téléphone depuis l'Inde, où elle est partie en mission humanitaire. Déchirée et désemparée, Marion raconte à son père le lien puissant qui l'unit à Lali, une enfant muette et esseulée qui a gagné son coeur dès qu'elle a mis le pied dans l'orphelinat auquel elle a choisi de donner trois mois de son temps. Un orphelinat qui manque cruellement de ressources et où la petite Lali passait ses jours seule dans son lit jusqu'à ce qu'elle la prenne sous son aile, la couvrant d'un amour grâce auquel elle s'épanouit rapidement. Ceci jusqu'à ce qu'une infirmière lui fasse ravaler la fierté qu'elle éprouve à l'égard des progrès de sa jeune protégée: "Toi, dans deux mois, tu partiras. Dans deux mois, tu laisseras Lali toi aussi, comme ses parents l'ont laissée. Lali sera alors deux fois plus abandonnée, deux fois plus seule et triste qu'elle ne l'était quand tu l'as rencontrée. [...] Tu n'es pas venue pour Lali, Marion, tu es venue pour toi" (p. 27). Anéantie, Marion s'interroge: est-ce que c'est vrai qu'on peut faire du mal quand on croit faire du bien? Cette prise de conscience lui permet au final de trouver le moyen d'aider Lali tout en la préparant à l'inévitable et douloureuse séparation... [SDM]



Afficher la fiche complète

6

Livre  
Le tout petit bébé de la rivière
Paris : Albin Michel jeunesse, [2017]
41 pages non numérotées : illustrations en couleur ; 25 cm.
Dans cet album à la mise en page aérée où se mêlent courtes phrases et dessins au crayon de couleur, Alhadita l'éléphante, vieille et pauvre, trouve un chevreau enveloppé d'une couverture rose dans la rivière. Sans hésiter, elle emporte la petite créature ruisselante chez elle afin de la réchauffer et de la soigner. Ses efforts portent leurs fruits puisque le lendemain, le bébé est sain et sauf. Elle le nomme Ambu et l'élève comme sa propre fille, lui offrant ce qu'elle-même n'a pu bénéficier dans sa vie: une éducation. Or, un jour, Alhadita se blesse et doit être amenée à l'hôpital de la grande ville. Ambu découvre alors l'orphelinat et apprend que plusieurs fillettes subissent malheureusement, jour après jour, le même sort qu'elle. [SDM]



Afficher la fiche complète

7

Livre  
La tribu qui pue
Montréal, Québec : La Courte échelle, [2018]
28 pages non numérotées : illustrations en couleur ; 32 cm.
Réédition. La tribu qui pue est composée d'enfants vivant dans les bois et habitant dans des cabanes dans les arbres, qui ressemblent à des nids d'oiseaux. Ils savent pêcher, faire des feux, trouver de l'eau potable, fabriquer des jouets en récupérant des déchets et même lire en déchiffrant les emballages de sacs de chips. Par ailleurs, leur surnom provient du fait qu'ils ne prennent jamais de bain, ce qui ne dérange personne puisqu'ils ne fréquentent que les animaux qui, après tout, ont la même odeur qu'eux. S'il y a bien quelqu'un qui n'arrive pas à les tolérer, c'est Yvonne Carrée, la directrice de l'orphelinat du village et maniaque d'ordre et de propreté. Elle compte bien piéger les enfants grâce à une fête d'anniversaire improvisée pour les contraindre à entrer dans son immense machine à laver et pour leur enseigner les bonnes manières. Toutefois, la petite Fanette Ducoup n'est pas dupe et se débrouille pour libérer les autres enfants et faire le procès des adultes, en les accusant formellement de les avoir embêtés. [SDM]



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.