Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
 

Réserver ce titre Ajouter à vos coups de coeur Retourner à la liste Nouvelle recherche Panier Vider le panier
 
 
 

 
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles

 
     
 
Titre Mon été mortel / Jack Gantos ; traduit de l'anglais (USA) par Valérie Le Plouhinec.
Auteur Gantos, Jack, 1951-
Éditeur Paris : Les Grandes personnes, 2013.
Résultat Titre précédent Titre suivant  
 
Sujet français Vacances -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Personnes âgées -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Bon voisinage -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Mort -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Nécrologies -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Entraide -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Pennsylvanie -- Histoire -- 20e siècle -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Description 355 p. ; 23 cm.
Note locale RJ 2017-10-28
Résumé Jack Gantos habite à Norvelt, une petite ville de Pensylvannie qui fut fondée à la suite de la Grande Dépression dans le cadre d'un projet d'Eleanor Roosevelt visant à venir en aide aux chômeurs en créant des communautés auto-suffisantes, basées sur l'entraide entre les citoyens. En cet été 1962, le jeune garçon est puni et n'est par conséquent autorisé à quitter le domicile familial que pour servir de scribe et de chauffeur à Mlle Volker: une infirmière retraitée et rongée par l'arthrite, dont les tâches consistent dorénavant à signer les certificats de décès (après examen du corps!) et à rédiger les rubriques nécrologiques pour le journal local. Si cette collaboration fait craindre le pire à Jack (en raison de sa peur des morts), sa vieille voisine égaie ses journées en lui racontant des anecdotes méconnues sur l'histoire du pays. Or, les trépas se multiplient bientôt à un rythme effréné et laissent croire au héros qu'ils pourraient découler de la malédiction lancée par des Hells Angels venu récupérer le cadavre de l'un des leurs ou de l'oeuvre d'un amoureux transi auquel on a promis le mariage une fois que tous les fondateurs de la ville seraient inhumés...
Critique Une chronique savoureusement décalée, narrée avec tendresse par un jeune adolescent de douze ans, passionné d'histoires et d'Histoire, autour duquel gravite une foule de personnages excentriques: un père collectionneur d'articles de guerre qui entreprend la construction d'une piste d'aviation visant à permettre à la famille de fuir rapidement en cas d'attaque des Russes, une mère très socialement engagée, une amie (fille du propriétaire du funérarium) qui prend un malin plaisir à ouvrir devant lui les portes du frigidaire de la morgue et une sympathique voisine du troisième âge qui plonge ses mains dans de la paraffine brûlante entre deux rédactions de rubriques nécrologiques pour le moins atypiques! Une intrigue policière rocambolesque, développée dans les quarante dernières pages, et une brochette de rebondissements incroyables tissent ce récit, à la fois pétillant et teinté de nostalgie, en filigrane duquel s'esquisse le portrait d'une petite communauté des années 1950 dont les pionniers disparaissent un à un, en même temps que les idéaux de solidarité et d'égalité qu'ils cherchent désespérément à transmettre à leurs descendants dans un contexte de globalisation et de consommation. "Si on se remémore les erreurs qu'on a commises par le passé, c'est pour ne pas les reproduire" (p. 355-56). C'est ce que Jack réalise au final à la lumière des anecdotes (très fouillées) livrées par Mlle Volker, qui lui permettent de comprendre la légitimité de la punition estivale qu'il a lui-même récoltée. À compter de 14 ans. [SDM]
Public cible J 5.
Titre original Dead end in Norvelt.
Prix décernés Newbery Medal, 2012
ISBN 9782361931957 (br.)
   
   
 
Bibliothèque Note Cote Statut
 SAINT-MICHEL - Adolescents - Romans  COLL. FRANÇ.  GAN Jac mo ADO  DISPONIBLE
 
 
 
   
    Résultat Titre précédent Titre suivant

 
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.