Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Sujets français (1-2 de 2)
Internats pour Autochtones -- Canada -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse

1

Livre  
Dompter l'enfant sauvage : [histoire vécue]
Waterloo, Québec : M. Quintin, c1998.
2 v. ; 18 cm.
Nipishish raconte sa vie auprès des siens, des Algonquins au nord de Maniwaki, près du Grand Lac Cabonga. La vie n'est pas sans nuages si l'on pense à la mort de son père, mais elle est heureuse malgré la présence des Blancs qui massacrent leur forêt, tuent les animaux et polluent leurs rivières. En 1950, le curé Beauchesne annonce qu'à l'automne, les enfants indiens en âge de fréquenter l'école seront envoyés au pensionnat créé par le gouvernement du Canada. Les parents tentent en vain de se sauver avec leurs jeunes, ils sont rejoints. Nipishish est amené avec ses copains à Parent, puis au pensionnat dans la région d'Amos. Dès leur arrivée, ils sont dépouillés de leurs bagages et de leurs vêtements. On les tond, on les lave, on les habille. On veut les instruire, les resocialiser, faire d'eux des Canadiens à part entière.



Afficher la fiche complète

2

Livre  
Les mots qu'il me reste : Violette Pesheens, pensionnaire à l'école résidentielle
Toronto, Ontario : Éditions Scholastic, [2017]
172 pages : illustrations, carte ; 20 cm.
Nord de l'Ontario, 9 septembre 1966. Chroniques inspirées du destin Violette Pesheens, une jeune Amérindienne qui entre au pensionnat avec sa soeur, laissant derrière elle sa grand-mère qui les a déposées au train. Là-bas, on lui prend tout article personnel dès son arrivée, dont des cailloux, de plumes et son journal intime. On lui fournit des vêtements où est inscrit au feutre noir le no 75 et s'installe, la faim au ventre, dans le dortoir des filles. Puis, débute pour ces fillettes une nouvelle vie, dont Violette témoigne sans trop de rancoeur, au départ, à travers son journal. Elle communique avec sa grand-mère par écrit et reçoit ainsi quelques nouvelles de son village. Elle effectuera toute sa scolarité dans cette école résidentielle et y obtiendra son diplôme secondaire. [SDM]



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.