Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Sujets français (1-3 de 3)
Haring, Keith, 1958-1990.

1

Livre  
Keith Haring
Paris : Arola, 2013.
50 p. : ill. (principalement en coul.) ; 24 cm.
Chaque numéro de ce périodique à l'intention des 6 à 106 ans aborde un thème précis. Après une introduction générale au sujet suivent les approches qui s'y rattachent. La dernière partie, ou quart, est consacrée à des activités diverses pour exercer ses talents et forcer sa créativité. Sous ce titre: un voyage à travers la vie et le parcours artistique de Keith Haring, instigateur d'une oeuvre débordante d'énergie, composée de formes simples et réalisée sur une multitude de supports (toiles, sculptures, murs des grandes villes du monde entier, affiches, vases, jouets, voitures, vêtements, etc.) lui permettant d'aborder les grands enjeux contemporains au coeur de ses préoccupations (drogue, guerre, racisme, environnement, SIDA...). En conclusion, on invite les artistes en herbe à expérimenter la technique du "all-over", puis à réaliser un Pop Bus itinérant faisant écho au Pop Shop de l'artiste. [SDM]



Afficher la fiche complète

2

Livre  
Keith Haring, 1958-1990 : une vie pour l'art
Köln : Taschen, c2004.
96 p. : ill. (certaines en coul.) ; 23 cm.
Selon le principe de la collection, un survol rapide de la vie et de l'oeuvre qui donne à voir et à connaître l'essentiel du sujet. L'auteur situe bien l'artiste dans son époque et met en valeur son originalité. Une chronologie complète le volume. Les reproductions d'oeuvres sont nombreuses et bien choisies. [SDM]



Afficher la fiche complète

3

Livre  
Keith Haring : le garçon qui dessinait
Paris : Qilinn, [2018]
39 pages non numérotées : illustrations en couleur ; 29 cm.
Depuis qu'il est tout petit, les gens ne cessent de demander à Keith Haring pourquoi il griffonne partout. Plutôt que de leur répondre, le garçon se contente de continuer ses dessins, complétant d'abord ceux de son père avant de gribouiller sur ses devoirs, d'inventer un système de symboles pour jouer avec ses amis, de vendre son vélo pour s'acheter davantage de crayons, de peinture et de feuilles, et d'offrir gratuitement l'oeuvre qui lui a permis de remporter un premier prix à l'école à un riche couple souhaitant l'acquérir. Suscitant toujours l'intérêt de tous ceux qui le voient créer, il s'inspire des mouvements de breakdance des danseurs de rue pendant ses études en art à Pittsburgh et se met à dessiner partout dans la ville de New York quand il y emménage à vingt ans. Si ses oeuvres se multiplient et prennent de plus en plus des aspects grandioses, Keith Haring ne recherche pas pour autant la richesse et la reconnaissance, disant plutôt: "Je dessine tout le temps parce qu'il y a des tas d'espaces à remplir. Je donne mes dessins pour contribuer à rendre le monde meilleur. Je dessine partout parce que tout le monde a besoin d'art!" [SDM]



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.