Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
 

Réserver ce titre Ajouter à vos coups de coeur Ajouter au panier Retourner à la liste Nouvelle recherche
 
 
 

 
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles

 
     
 
Titre Le matin de Neverworld / Marisha Pessl ; traduit de l'anglais (États-Unis) par Laetitia Devaux.
Auteur Pessl, Marisha, 1977- auteur
Éditeur [Paris] : Gallimard jeunesse, [2019]
©2019
Résultat Titre précédent Titre suivant  
 
Genre français Romans à suspense
Romans de science-fiction
Sujet français Jeunes adultes -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse
Mort -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse
Suicide -- Enquêtes -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse
Amitié -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse
Secret -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse
Choix collectif -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse
Espace et temps -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse
Rhode Island -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse
Description 315 pages ; 23 cm.
Note Traduction de: Neverworld wake.
Résumé Il y a un an, Beatrice "Bumblebee" Hatley a perdu son petit ami, Jim, dans des circonstances tragiques et nébuleuses. Depuis, elle n'a pas revu le reste de la bande (Cannon, Whitley, Kipling et Martha), qui exprime aujourd'hui l'envie de la revoir et l'invite à l'accompagner dans un manoir au bord de l'eau. L'adolescente accepte à contrecoeur, bien décidée toutefois à profiter de ce séjour pour découvrir ce qu'on lui a caché à propos de la mort de son amoureux. Or, la soirée de retrouvailles tourne au drame lorsqu'un violent accident de voiture crée une brèche dans l'espace-temps et les propulse au Neverworld, une sorte de purgatoire et de boucle temporelle où un vieil homme, qui se fait appeler le Gardien, leur explique qu'ils seront condamnés à revivre sans arrêt la même journée jusqu'à ce qu'ils arrivent à un consensus et à un vote unanime visant à determiner l'identité du seul membre de leur groupe qui pourra survivre à l'accident et reprendre le cours de sa vie. Après avoir passé de multiples soirées à faire les 400 coups, à s'étourdir dans l'alcool et les médicaments ou à multiplier les rencontres réconfortantes, les héros conviennent d'enquêter sur le supposé suicide de Jim avant de procéder au vote. Au fil de l'enquête, les masques tombent et les secrets de chacun se révèlent... [SDM]
Critique Un thriller de science-fiction globablement bien mené où l'enquête menée trouve sa résolution grâce aux voyages dans le temps effectués par les héros, issus de milieux aisés, qui ont tous dissimulé leur véritable emploi du temps au moment de la mort de leur copain. Tous ont des squelettes dans le placard et ce passage dans une sorte de purgatoire force les aveux, révélant des trahisons, des faiblesses et des secrets douloureux. Les souvenirs de la narratrice endeuillée (qui n'est, elle non plus, pas blanche comme neige, bien que tous la considèrent comme un modèle de perfection et d'innocence) permettent également de reconstituer certains pans du passé de ce groupe de copains au gré d'une trame en toile d'araignée, qui stimule la réflexion sur la nature complexe de l'homme, le deuil, les amitiés brisées et celles qui sauvent la vie, les erreurs dévorantes, le sens des responsabilités, les amours toxiques et le lien étroit qu'entretiennent le sens de l'existence et le temps qui passe. Si certains passages sont un peu mélodramatiques, le suspense est agréablement maintenu jusqu'à une chute bien vue, qui arrive cependant un peu comme un cheveu sur la soupe. [SDM]
Public cible J++ 4.
ISBN 9782075122658 (broché)
Autre titre Matin de Never World
Neverworld wake. Français
   
   
 
Bibliothèque Note Cote Statut
 SAINT-MICHEL - Jeunes - Romans    PES Mar ma J  DISPONIBLE
 
 
 
   
    Résultat Titre précédent Titre suivant

 
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.