Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Sujets français (1-10 de 10)
Carence maternelle -- Romans, nouvelles, etc.

1

Livre  
La bête à sa mère
Montréal : Stanké, 2015.
231 p. ; 21 cm.
En voilà un québécois qui vaut vraiment le détour. Traité du bonheur. Dix-huit courts chapitres haletants, comme autant de petites bombes à retardement. Têtes de chapitre : « La Résilience », « La Maturité », « La Capacité d'adaptation », « L'Altruisme », « La Patience », « La Bravoure », « La Persévérance », etc. Pourtant c'est le journal d'un poqué fini. Ça va mal tourner. Il passe de mauvais moments avec les services sociaux, se faisant transférer de famille d'accueil en famille d'accueil. Petits larcins, actes cruels contre les animaux (attention à vos chats), maisons dévalisées, fortes consommations d'amphétamines, cynisme généralisé et tout ça dans la joie, en se gâtant à répétition, de la main droite... Il a de l'ambition, il sait qu'un jour il rejoindra les rangs du crime organisé. Il traîne sa fatigue, ses côtes cassées et son nez amoché à la recherche de sa mère qui l'a dans le passé abandonné aux services sociaux. Vision manichéenne de séducteur et de petits bandits : « On ne se pointe pas chez les gens les mains vides. Il faut des fleurs ou une arme. C'est documenté. » Il ne dédaigne pas les sites de rencontres, avec pour objectif ultime, l'hésitation tue, rencontrer l'âme soeur, lui « ouvrir le cœur et les cuisses au passage ». (L'auteur maîtrise parfaitement l'art du zeugme). Il fomente l'idée de « les inviter à prendre un verre et son pied ». Un menteur de première pour tenter de séduire la gent féminine ; il prétend, avec l'une d'elle – pas dupe – avoir inventé le terme LOL ! Il se démerde. Profite de l'instant présent. Il a compris : « On est fort des erreurs des autres. » C'est superbement écrit. Ce n'est pas un traité de morale. La fille du Devoir, préposée à la critique littéraire, semble ne pas avoir compris... [Club des Irrésistibles]



Afficher la fiche complète

2

Livre  
Délivrances
[Paris] : Christian Bourgois éditeur, [2015]
196 pages ; 20 cm.



Afficher la fiche complète

3

Livre  
Des cailloux dans le ventre : roman
Paris : Stock, 2012.
355 p. ; 20 cm.



Afficher la fiche complète

4

Livre  
La fille de l'Irlandais : roman
Paris : Plon, 2006.
310 p. ; 23 cm.
Écrit à la première personne, ce témoignage, qui s'étend de l'âge de sept ans à la trentaine, offre une merveilleuse et subtile histoire d'une orpheline chez ses grands-parents, puis à l'école, et vingt ans plus tard à l'occasion de la naissance de son premier enfant. Exceptionnel! [SDM]



Afficher la fiche complète

5

Livre  
Un jour je te dirai tout : roman
Montréal (Québec) : Boréal, [2017]
105 pages ; 21 cm.



Afficher la fiche complète

6

Livre  
Le moins aimé : roman
Paris : Éditions de la Différence, 2009.
283 p. ; 20 cm.
Charles de Sévigné écrit une longue lettre à sa mère, la célèbre épistolière, pour lui demander pourquoi elle a plus aimé sa soeur Françoise que lui-même. Prétexte principal à une reviviscence du 17e siècle. [SDM]



Afficher la fiche complète

7

Livre  
Le pardon : roman
[Paris] : Presses de la Cité, [2014].
332 pages ; 23 cm.
Olivia a sacrifié sa vie familiale pour réussir sa vie professionnelle. La mort de son mari a fait exploser sa famille qui lui reproche son absence. Cassie, la petite dernière refuse de lui pardonner. Des années plus tard, elle a changé et organise des vacances sur un yatch avec ses enfants et petits-enfants. -- [l'Éditeur].



Afficher la fiche complète

8

Livre  
Petites scènes capitales : roman
Paris : Albin Michel, 2013.
246 p. ; 21 cm.
Évocations visuelles des scènes qui ont marqué les personnages, de l'enfance à l'âge adulte, de la vie de l'auteur. Du questionnement intime à la terreur enfantine, de l'abandon à la signification de l'amour, ce roman traverse les époques. -- [l'Édition].



Afficher la fiche complète

9

Livre  
Plus jamais sans elle
[Paris] : Seuil, 2012.
299 p. ; 22 cm.
Lorsque son père lui demande ce qu'il veut pour son anniversaire Alan, 18 ans lui fait une demande inusitée: voir une femme qu'il n'a jamais connue, sa mère. Son père Mathias lui offre donc en cadeau un billet pour Londres et une adresse, là où vit Ellen, sa mère. Alan va alors rencontrer une femme d'action d'un genre très particulier et plonger avec elle dans cavale périlleuse sur les routes d'Europe de l'Est. Car sa mère, sorte d'agent secret, est en partance pour réaliser un "contrat" en Bulgarie. Alan s'invite au voyage. Pour échapper à des malfrats, les deux iront des palaces de Sofia au monastère de Rila en passant par les forêts bulgares et les lacs gelés du Grand Nord. Chacun prend la parole en alternance (un chapitre sur deux) pour conter ses sentiments; toute une gamme allant de l'incompréhension à la tendresse en passant par le ressentiment et le regret, décrivant avec pudeur et justesse leurs retrouvailles. Chacun raconte les événements qui se produisent à sa manière avec son regard personnel sur chacune des situations. C'est fort et chaque ligne fait transparaître le poids des sentiments de ces deux êtres qui se découvrent, s'apprivoisent au fil des pages. [SDM]



Afficher la fiche complète

10

Livre  
The sins of the mother : a novel
New York : Delacorte Press, c2012.
354 p. ; 25 cm.



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.