Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
 

Réserver ce titre Ajouter à vos coups de coeur Ajouter au panier Retourner à la liste Nouvelle recherche
 
 
 

 
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles

 
     
 
Titre La fille qui pouvait voler / Victoria Forester ; traduit de l'anglais (États-Unis) par Raphaëlle Pache.
Auteur Forester, Victoria (Victoria Lakeman), auteur.
Éditeur [Paris] : Lumen, [2020]
©2020
Résultat Titre précédent Titre suivant  
 
Sujet français Personnalité -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Aptitude -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Vol -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Écoles -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Acceptation de soi -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Différence (Philosophie) -- Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse.
Personnalité -- Romans.
Aptitude -- Romans.
Vol -- Romans.
Écoles -- Romans.
Acceptation de soi -- Romans.
Différence (Philosophie) -- Romans.
Romans de science-fiction.
Collaboration Traduction de: Forester, Victoria (Victoria Lakeman). Girl who could fly.
Description 375 pages ; 23 cm.
Résumé Après avoir malencontreusement exposé son secret au grand jour, lors d'un pique-nique organisé à l'occasion de la fête nationale, Piper McNimbus devient la cible de l'attention de toute la population locale, voire des médias et des scientifiques du pays. C'est que la jeune fille est capable de voler, mais sa condition n'est pas si particulière quand elle apprend qu'une certaine docteure Laëtitia Inferna dirige une école pour élèves dotés de capacités tout aussi incroyables que les siennes. Piper croit ainsi trouver le bonheur en intégrant ce prestigieux établissement aux délicieuses tartes aux pommes et à la sécurité maximale, mais elle déchante en découvrant, avec l'aide de ses camarades, la véritable vocation de l'endroit. Dans ce premier tome, la famille McNimbus a toujours vécu de la même manière, soit en gérant sa ferme ancestrale établie dans un recoin perdu de leur comté américain. Au plus grand malheur de la mère Betty, très croyante, sa fille Piper démontre dès son plus jeune âge un don inusité: elle est capable de voler. Et son désarroi ne fait que s'accroître lorsque toute leur petite communauté découvre ce qu'elle s'évertuait à cacher depuis tant d'années. Heureusement, la proposition du docteur Inferna d'intégrer Piper dans une école d'enfants hors du commun semble régler le problème. Bien qu'elle ne perfectionne pas tout à fait ses dons et qu'elle fait la connaissance de génies, de garçons aux yeux qui voient tout et de filles capables de rapetisser à volonté, l'adolescente s'aperçoit que son pouvoir est particulièrement convoité. [SDM]
Critique Une trilogie, qui pourrait par contre faire l'objet d'un tome unique en français, dont les éléments sont ouvertement inspirés d'une multitude d'autres univers de littérature jeunesse et de science-fiction, allant de ##La Petite Maison dans la prairie## à ##X-Men##, en passant par ##Harry Potter##. Si le cadre d'abord présenté permet de s'attacher à la jeune héroïne aux origines modestes, confrontée aux fermes croyances religieuses de sa mère, la trame devient assez stéréotypée dès que celle-ci met les pieds à l'école du Dr Inferna avant de chercher ses marques dans les tomes subséquents. On sent ainsi un cruel manque de peaufinage dans la planification du déroulement de l'intrigue, surtout que les débuts de la série s'annonçaient très prometteurs. De plus, les savoureux jeux de mots de la version originale se perdent un peu dans la traduction. [SDM]
Public cible E++J+ 3.
ISBN 9782371022683 (broché)
Autre titre Girl who could fly. Français
   
   
 
Bibliothèque Note Cote Statut
 SAINT-MICHEL - Jeunes - Nouveautés    EN TRAITEMENT
 
 
 
   
    Résultat Titre précédent Titre suivant

 
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.