Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Auteurs (1-24 de 24)
Turcotte, Élise, 1957-

1

Livre  
Annette et le vol de nuit
Montréal : La Courte échelle, c2000.
60 p. : ill. ; 18 cm.
Au retour de leurs festivités marquant le début des vacances, Annette, Raphaël et sa mère constatent le passage des voleurs à la maison. Le sommeil de chacun est perturbé. Raphaël décide de mener une enquête. Annette lui emboîte le pas. Selon elle, les voleurs doivent hanter le quartier la nuit. Tous deux, sans en dire mot à leur mère, organisent une escapade nocturne. A minuit, ils se glissent dehors. Ils se rendent au parc et observent. Un homme! Il se balance. Un voleur? Il les a entendus! Ils les a vus! Les deux héros retournent à la course à la maison. Ils en sont quitte pour une peur qui met fin à leur enquête. -- Un récit mené sous le signe de la peur. Aucun amendement pour l'escapade sinon le propos tacite de ne plus recommencer. Style narratif. Détente. [SDM]



Afficher la fiche complète

2

Livre  
L'apparition du chevreuil
Québec (Québec) : Alto, [2019]
157 pages ; 21 cm.



Afficher la fiche complète

3

Livre  
Autobiographie de l'esprit : écrits sauvages et domestiques
Montréal : La Mèche, 2013.
229, [11] p. : ill. ; 21 cm.



Afficher la fiche complète

4

Livre  
The body's place
Toronto, ON : Cormorant Books, 2003.
151 p. ; 22 cm.



Afficher la fiche complète

5

Livre  
Caravane : nouvelles
Montréal : Leméac, 1994.
167, [2] p. ; 22 cm.
Quatorze nouvelles (neuf inédites, réparties sous deux titres («Abandon», «Vigilance») , suivies de «Lettres à personne». Thème central: les rapports (ou l'absence de rapports) entre femmes et hommes, dans la trentaine (point de vue féminin). Jacques Allard a apprécié la "justesse de ton", "l'intelligence de la simplicité ou de la légèreté", "la vive qualité de l'émotion". Réginald Martel trouve que l'imagination de l'auteure est "laborieuse" et que plusieurs nouvelles ne "fonctionnent pas". Quoiqu'il en soit, Marie, 35 ans, abondonnée par sa mère, ses amis, ses amants, abandonnée de tous sauf de son père, est une héroïne attachante, qui croit à l'amour et se méfie du couple. [SDM]



Afficher la fiche complète

6

Livre  
Ce qu'elle voit : [poésie]
Montréal : Éditions du Noroît, 2010.
58 p. ; 22 cm.



Afficher la fiche complète

7

Album carton  
C'est drôle
[Montréal] : La Courte échelle, 2005.
[14] p. : ill. en coul. ; 14 cm.
Puce est un tout petit personnage, un enfant d'à peine quelques pouces qui voit son environnement à la manière d'un enfant normal, le monde des adultes. Des illustrations simples et charmantes, aux teintes douces. [SDM]



Afficher la fiche complète

8

Livre  
Dans le delta de la nuit : [poésie] = En el delta de la noche
Trois-Rivières : Écrits des Forges ; Tlaquepaque : Mantis, 2003.
105 p., [4] f. de pl. : ill. en coul. ; 21 cm.



Afficher la fiche complète

9

Livre  
Guillaume Rioux, le poisson orphelin
Montréal : La Courte échelle, c2001.
[23] p. : ill. en coul. ; 22 cm.
Gabriel adore porter secours aux petits animaux. Il aimerait bien un chat, mais il est allergique. Pas question d'un chien, ni d'un oiseau! Il adopte un poisson, Guillaume Rioux. Ce dernier semble s'ennuyer. Il lui rend sa liberté, mais tout compte fait, le poisson Guillaume est bien heureux chez lui, dans son bocal. -- Gabriel qui ne veut que le bien des animaux constate que son poisson est mieux en captivité. Un récit à plusieurs leçons: il vaut mieux que les animaux soient libres en autant qu'ils l'aient toujours été ou encore la liberté comporte des risques. Chaque page de texte (dense) est suivie d'une illustration pleine page. Illustrations originales. [SDM]



Afficher la fiche complète

10

Livre  
Guyana : roman
Montréal : Leméac, 2011.
174 p. ; 22 cm.
Merveilleux samedi. Longue marche dans Montréal. J'avais traîné avec moi dans ma musette Guyana. Je me le suis farci d'une traite sur une terrasse, rue Mont-Royal, et ensuite sous les arbres dans un parc. Complètement soufflé par cette histoire (ces histoires), cette écriture, par le destin croisé des êtres, la violence faite aux femmes, les non-dits, la lente et effarante montée de la tension dramatique et la « musique de l'inachevé ». Une voix forte. Très forte. Une lecture qui ne rassure pas. Un Livre. À lire. [Club des Irrésistibles]



Afficher la fiche complète

11

Livre  
L'île de la merci : roman
Montréal : Leméac, 1997.
202 p. ; 22 cm.
L'héroïne de ce roman d'apprentissage est une adolescente de quinze ans, Hélène, plutôt renfermée, qui vit dans une famille apparemment normale - le père, la mère, les trois enfants - mais en voie de désintégration, dans laquelle le non-dit alimente la névrose familiale. Hélène est obnubilée par le viol et le meurtre d'une écolière dont le corps a été retrouvé près de chez elle, sur une île de la rivière des Prairies. Elle s'occupe de son petit frère, se trouve un emploi d'été, tout en traversant une crise importante. Selon l'auteure, «L'île de la merci» est un livre "sur le gène de la peur" et un "roman sur l'adolescence" (cf. l'entrevue accordée au «Devoir». Pourtant dans «Voir» on lui fait également déclarer: "je n'ai jamais voulu faire un livre sur «l'adolescence»" (?) Quoiqu'il en soit, ce roman allie finesse, densité et profondeur, servies par une écriture que l'auteure qualifie "d'écriture du corps". [SDM]



Afficher la fiche complète

12

Livre  
Le lac de singes
Montréal (Québec) : La Courte échelle, [2018]
1 volume (non paginé) : illustrations en couleur ; 29 cm.
Une mère et son garçon sont très attachés l'un à l'autre, la femme a cependant de la difficulté à prononcer certaines expressions, voire à les lire à voix haute, car son cerveau va trop rapidement. Lorsqu'elle transforme "sac de linges" en "lac de singes", sans le vouloir, elle va marquer l'imaginaire de son garçon, lequel va découvrir un lac enchanteur, protégé par un géant, dans son sommeil. À son réveil, sa mère lui montre un chandail trouvé au fond du "sac de linge", sur lequel il y a une tête de singe. [SDM]



Afficher la fiche complète

13

Livre  
La leçon d'Annette
Montréal : La Courte échelle, c1999.
61 p. : ill. ; 18 cm.
Le frère d'Annette est parfait, même plus raisonnable que ses parents. Elle doit y mettre bon ordre et lui montrer à être dissipé. Elle lui donne des cours de désobéissance pour faire de lui un "désobéisseur", un enfant normal. En bout de compte, Annette apprend qu'on ne change pas les gens et Raphaël ne peut que retomber dans ses bonnes habitudes. -- Une trame simple et amusante dont on a tôt fait de connaître la fin. Style narratif. Léger. [SDM]



Afficher la fiche complète

14

Album carton  
Ma famille
[Montréal] : La Courte échelle, 2004.
[14] p. : ill. en coul. ; 14 cm.
Réédition. Puce est un tout petit personnage, un enfant d'à peine quelques pouces qui voit son environnement à la manière d'un enfant normal, le monde des adultes. Des illustrations simples et charmantes, aux teintes douces. [SDM]



Afficher la fiche complète

15

Livre  
La maison étrangère : roman
Montréal : Leméac, 2002.
221, [2] p. ; 22 cm.
Comme l'a bien noté C. Morency, ce roman, par plusieurs aspects, est le prolongement du recueil de poèmes intitulé ##Sombre ménagerie## (2002). Il a pour personnage central Élisabeth, une médiéviste, professeure de littérature, quittée sans explications par Jim, l'homme qu'elle aimait. L'auteure tente de "cerner les voix intérieures d'Élisabeth, femme envahie par la perte d'un être" qui n'est peut-être ni aussi "mythique" ni aussi "inoubliable" que ne l'affirme la critique du ##Devoir##. Bon niveau psychologique (cf. en particulier l'analyse des rapports de l'héroïne avec ses parents). Écriture maîtrisée. [SDM]



Afficher la fiche complète

16

Livre  
Le meilleur ennemi d'Annette
Montréal : La Courte échelle, c2006.
62 p. : ill. ; 18 cm.
Annette profite du grand ménage du printemps pour organiser une vente de garage avec son petit frère Raphaël. Même s'il n'est jamais facile de se débarrasser d'objets évoquant des souvenirs, tout se déroule plutôt bien jusqu'à ce que son ennemi juré, Charles Jutras, se pointe le bout du nez. Ce dernier a réussi à convaincre son père, un employé de la Ville, de leur donner un avertissement pour ne pas avoir demandé de permis pour l'événement. Puis, tandis qu'Annette entre dans la maison informer sa mère de la situation, son rival de toujours réussit à s'emparer de son appareil photo, qui n'était pas à vendre... -- Une trame simple où l'on déplore que le père de Charles consente à participer au conflit plutôt que de tenter de le désamorcer. Des illustrations réalistes en noir et blanc accompagnent le tout. [SDM]



Afficher la fiche complète

17

Livre  
Le parfum de la tubéreuse
Québec, Québec : Alto, [2015]
114 pages ; 21 cm.



Afficher la fiche complète

18

Livre  
Piano mélancolique : [poésie]
Montréal : Éditions du Noroît, 2005.
88 p. ; 21 cm.
L'histoire d'un "rêve [qui] court dans une chambre / de satin rouge" (p. 19) et qui "devient parfois vaste dépotoir de mots" (p. 13). Une poésie toute en nuances et subtilités qui, le plus souvent, se joue des difficultés à dire la passion et le couple en ses divers registres, obstacles et variantes. Une extrême attention à ne rien écrire qui n'ait été vécu au delà de l'anecdote: "j'ouvre le livre du sommeil / je m'attarde un peu / sur le chapitre de l'amour" (p. 76). Écriture sensible et souple, séduisante, à l'aise dans une tradition vivifiée, tout à fait efficace pour révéler "l'intellect du coeur". [SDM]



Afficher la fiche complète

19

Livre  
Pourquoi faire une maison avec ses morts : récits
Montréal : Leméac, c2007.
124 p. ; 22 cm.
Sept histoires dans lesquelles la narratrice "aide les endeuillés" (de parents, d'amis, d'animaux de compagnie) à comprendre l'incompréhensible, afin de faciliter le passage de la mort, dans un monde [en voie de] déshumanisation" (cf. "patient emballé puis descendu à la morgue, p. 69, etc.). Le titre fait allusion à une coutume funéraire malgache ("on ensevelit les morts dans le toit des maisons", p. 47). Bon niveau littéraire et psychologique. [SDM]



Afficher la fiche complète

20

Livre  
Rose, derrière le rideau de la folie : [poésie]
Montréal : La Courte échelle, 2009.
[48] p. : ill. en coul. ; 26 cm.
"Je voudrais pouvoir faire ce qui me plaît derrière le rideau de la folie" (p. [3]). C'est sur cette citation de Frida Kahlo que s'ouvre cette création littéraire aussi atypique et éclatée que l'univers de l'adolescente attachante et marginale qu'elle met en scène. Dans cet album entre "scrapbook", journal intime et recueil de poésie graphique, Rose, quatorze ans, nous entraîne à sa suite dans l'hôpital psychiatrique où elle est internée pour folie. Au fil de réflexions, de listes de choses "qui rendent fou" ou "qui font honte", de notes ou de tranches de vie poétiques qui sont présentées pêle-mêle, sans souci de chronologie, la jeune fille partage son histoire, ses rêves, ses angoisses, ses aspirations pour le futur et sa vision si particulière d'appréhender le monde, qui se révèle au final beaucoup plus lucide que celle de ces gens qui se disent "normaux", dont font notamment partie ses parents. Des parents ayant préféré se cacher la tête dans le sable et fuir pour ne pas avoir à affronter leurs problèmes et une réalité peu glorieuse; pour ne pas avoir à punir le cousin qui a abusé d'elle. Évitant adroitement tout pathos, Rose dresse également le portrait des gens qui croisent sa route, abordant au passage des thématiques tels les troubles obsessionnels compulsifs, l'anorexie des mannequins, l'automutilation ou le pathétisme de la téléréalité. Ceci jusqu'à la conclusion teintée d'espoir où Rose obtient son congé en se jurant toutefois de ne jamais suivre le courant, de conserver sa liberté et son caractère unique.



Afficher la fiche complète

21

Livre  
Sombre ménagerie : [poésie]
Montréal : Éditions du Noroît, c2002.
71 p. ; 20 cm.
Trois séquences de textes - Écailles, Scorpions, Dévotion - qui plongent le lecteur dans un climat onirique, parfois proche du cauchemar, où se multiplient les allusions à la mort, à la guerre, à la solitude, aux malheurs d'un temps où la présence de l'aimé ne peut se dire qu'au passé. "Je fais le tour / de la boutique / aux maléfices / sans trouver / ni oraison / ni formule magique" (p. 62) lit-on dans ce recueil à la tonalité sombre, servi par une écriture limpide. [SDM]



Afficher la fiche complète

22

Livre  
La terre est ici : [poésie]
Montréal : Éditions du Noroît, 2003.
105 p. ; 19 cm.
Un recueil dont la manière est assez proche de celle du François Charron des années 1988-1989. Selon G. Toupin, il s'agit d'une poésie de l'intime et du rêve, écrite dans une prose économique, d'une poésie de l'écart. L'auteure s'attache à révéler "l'intellect du coeur". À notre sens, l'utilisation d'un nombre trop limité de formes syntaxiques nuit parfois au ##chant##. [SDM]



Afficher la fiche complète

23

Livre  
La voix de Carla : poésie
Montréal : Leméac, c1999.
93 p. ; 19 cm.



Afficher la fiche complète

24

Livre  
Voyages autour de mon lit : [poésie]
Montréal : La Courte échelle, c2002.
35 p. : ill. ; 18 cm.
"Réflexion sur le monde". A la recherche d'une simplicité essentielle. Poète de talent, l'auteure a accepté de participer à un projet dont on peut diversement apprécier la pertinence, selon que l'on se place d'un point de vue éditorial, pédagogique ou littéraire. Question centrale: celle "de l'écriture spécifique pour un jeune public" (G. D.). [SDM]



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.