Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Auteurs (1-5 de 5)
Trintignant, Nadine, 1934-

1

Livre  
La dormeuse : roman
[Paris] : Fayard, 2011.
269 p. ; 22 cm.



Afficher la fiche complète

2

Livre  
Ma fille, Marie
[Paris] : Fayard, 2003.
167 p. : ill. ; 19 cm.
Suite à la fin brutale de l'actrice Marie Trintignant, battue à mort par la star rock B. Cantat, sa mère Nadine, "obsédée par les horribles images de la fin de la vie de sa fille", exprime sa douleur de perdre son unique enfant. Elle se reproche de n'avoir rien vu et ne se gène pas pour qualifier le chanteur de meurtrier (employé 87 fois dans le livre). [SDM]



Afficher la fiche complète

3

Livre  
Les silencieuses : roman
[Paris] : Fayard, 2009.
243 p. ; 22 cm.
Le destin de deux femmes aux prises avec la possessivité et la violence masculines. [SDM]



Afficher la fiche complète

4

Livre  
Vers d'autres matins : récit
[Paris] : Fayard, 2012.
216 p. ; 22 cm.



Afficher la fiche complète

5

Livre  
La voilette de ma mère : récit
[Paris] : Fayard, [2014]
205 pages ; 22 cm.
Récit qui commence par le drame de sa fille, Marie Trintignant, morte sous les coups de son ami. Drame qui l’habite. Elle a besoin de dire l’horreur de cette perte pour faire place à l’histoire de sa famille qui était très unie, très drôle : un père qui vit à deux mètres du sol et une mère, les pieds sur terre, avec un petit grain de fantaisie. Après le drame, Nadine reste quelques mois sans parler à sa mère et ne va pas non plus la voir. La famille s’arrange pour qu’elle ne soit pas au courant du drame de Marie, et lorsque Nadine vient la voir avec ses sœurs et leurs maris, la mère ne reconnaît pas Nadine ni ne demande de nouvelles de sa petite-fille. Nadine revient la voir chaque semaine et recommence à avoir un contact d’enfant avec elle ; le cerveau a compris que tout cela était trop dur à partager pour l’une et pour l’autre. Le reste du livre est l’histoire d’une famille folle où rien n’est jamais dramatique, même pas la guerre et les nombreux déménagements. Livre à savourer comme un bon repas au soleil, avec du bon vin, des amis et se délecter de ces histoires délicieuses. [Club des Irrésistibles]



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.