Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Auteurs (1-3 de 3)
Kacer, Kathy, 1954-

1

Livre  
Les espions de la nuit
Montréal : La Courte échelle, 2008.
235 p. : ill. ; 20 cm.
Interrogée par un soldat à la recherche de fuyards, Gabi, 14 ans, se remémore, en un long "flash-back", comment, avec son cousin de 11 ans et sa mère, elle a survécu aux nazis alors que les troupes d'Hitler frappent la Tchécoslovaquie. Ayant dû quitter la ville, lorsque leur père a été capturé, ils se sont réfugiés dans la campagne chez un couple âgé de cultivateurs chrétiens qui avaient déjà été à l'emploi de leur père. Afin d'éviter tout soupçon, ils ne sont autorisés à sortir de leur humble grange que la nuit. Ne pouvant plus restés confinés à l'intérieur, les adolescents, qui sympathisent avec la petite-fille du couple Kos, s'aventureront cependant dehors lors d'escapades nocturnes en forêt.



Afficher la fiche complète

2

Livre  
L'histoire d'Édith : une histoire vraie
Montréal : La Courte échelle, 2008.
178 p., [18] p. de pl., carte ; 19 cm.
Après avoir fui Vienne, puis la Belgique, Édith Schwalb et sa famille espèrent trouver un peu de quiétude dans une zone franche du sud de la France. Mais alors que les rafles nazies se multiplient et que leur père est arrêté, Mutti, leur mère, n'a d'autre choix que de fuir à nouveau. Elle confie alors ses deux plus jeunes enfants, Édith et Gaston, à la maison de Moissac où des Éclaireurs israélites, adhérant à la philosophie du mouvement scout, hébergent et protègent des enfants juifs, tandis qu'elle et son aînée seront recueillies par des villageois. Édith, qui s'apprête à fêter son onzième anniversaire, et son petit frère, comme une centaine d'autres enfants juifs, y mènent une vie quasi normale dans un climat sécurisant, tout en s'entraînant à fuir l'ennemi lors d'expéditions de camping impromptues. Mais arrive bientôt une mauvaise nouvelle: leur refuge, devenu moins sécuritaire, est sur le point de fermer. Édith entame alors un nouveau chapitre de sa destinée, qui l'oblige à changer d'identité... -- Un roman historique haletant qui s'inspire d'une histoire vraie que narre l'auteure canadienne-anglaise avec brio. Des notes préliminaires faisant état du conflit ainsi qu'un dossier documentaire (notes biographiques et photographies) portant sur la vie de madame Schwalb, qui vit aujourd'hui au Canada, ainsi que sur le couple qui tenait la maison de Moissac (Bouli et Shatta Simon) et la vie qui y avait cours, permettent d'étoffer cette leçon d'histoire incontournable. [SDM]



Afficher la fiche complète

3

Livre  
Je ne suis pas un numéro
Toronto, Ontario : Éditions Scholastic, [2017]
32 pages non numérotées : illustrations en couleur ; 28 cm.
Irene Courchie habite la Réserve de Nipissing avec ses parents. Un matin, l'agent des Indiens se présente et annonce aux parents qu'Irene et ses deux frères sont désormais en âge d'aller au pensionnat et qu'il n'y a aucun refus possible, sous peine d'emprisonnement. La mère d'Irene lui demande de ne pas oublier ses origines. Durant l'année qu'elle passe au pensionnat, elle est séparée de ses frères. Après lui avoir remis un uniforme et lui avoir coupé les cheveux de manière humiliante, soeur Mary lui donne, pour nom, un numéro. Lorsqu'elle ose parler sa langue naturelle, elle est brutalement punie, car toute sa culture maternelle évoque, pour soeur Mary, le démon. L'année est passée dans la crainte des punitions et faite de prières assidues, de corvées, d'études... Durant les vacances d'été, Irene passe aux aveux et son père décide de cacher ses enfants. Alors, il ment à l'agent des Indiens pour éviter que ses enfants y retournent. [SDM]



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.