Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Auteurs (1-18 de 18)
Duras, Marguerite, 1914-1996.

1

Livre  
Abahn, Sabana, David
[Paris] : Gallimard, c1970.
149 p. 19 cm.



Afficher la fiche complète

2

Livre  
Agatha : [théâtre]
Paris : Éditions de Minuit, 1981.
67 p. ; 18 cm.
Un amour absolu, incestueux et platonique (?). L'évocation d'un passé ardent et douloureux qui aboutit à une certitude que la séparation des amants renforce: "ils sont restés l'un l'autre dans l'enfance même de leur amour". Il y a beaucoup de pureté dans ce dialogue entre un frère et une soeur qui parlent à coeur ouvert, mais sans se regarder, pour ne pas "courir le risque irrémédiable de devenir des amants" au sens charnel du terme. Une courte pièce réussie mais quand même mineure à notre sens, dans l'oeuvre de M. Duras. [SDM]



Afficher la fiche complète

3

Livre  
Ah! Ernesto
[Paris] : T. Magnier, 2013.
9 p., [24] p. de pl. : ill. en coul. ; 32 cm.
Au retour de sa première journée de classe, Ernesto décrète qu'il ne retournera plus à l'école: "on m'apprend des choses que je ne sais pas", affirme-t-il à sa maman, qui réclame une explication. Le lendemain, les parents, découragés, traînent leur fils chez son instituteur et s'ensuit une discussion animée au fil de laquelle le maître tempétueux (qui ne reconnaît d'ailleurs pas son élève...) clame qu'il est honteux de refuser de s'instruire, tandis que les parents expriment leur crainte de voir leur fils devenir un crétin. Quant à Ernesto, il assure aux trois paires d'yeux fixées sur lui: "je sais dire Non et c'est bien suffisant" (p. 7). Non à l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et des mathématiques sur des bancs de classe alors qu'il apprendra tout aussi bien ailleurs, "par la force des choses" (p. 8)... [SDM]



Afficher la fiche complète

4

Livre  
L'amant de la Chine du Nord
[Paris] : Gallimard, 1991.
237 p. ; 21 cm.
Le Chinois et l'adolescente. Le dernier avatar des amours indochinoises d'une auteure douée pour les tragédies familiales. Roman inspiré et provoqué par le scénario et la mise en images d'un précédent roman de l'auteure, «L'amant». Incantatoire, répétitif et envoûtant (cinq conditions d'être bien disposé), impudique et délicat. Un mauvais goût très sûr. [SDM]



Afficher la fiche complète

5

Livre  
L'après-midi de Monsieur Andesmas
Paris : Gallimard, 1979, c1962.
128 p. ; 19 cm. -.
Première édition 1962. Un homme de 78 ans achète pour sa fille Valérie, 17 ans, une maison qui domine la mer, entourée de forêt. L'histoire, distillée, très lente et très subtile, d'une attente au cours de laquelle le vieillard apprendra de la bouche d'une femme que la blondeur de "l'enfant" a fait des ravages dans le coeur de son conjoint. [SDM]



Afficher la fiche complète

6

Livre  
Un barrage contre le Pacifique
[Paris] : Gallimard, 1997.
389 p. : carte ; 18 cm.
Une oeuvre significative de la première manière d'écrire de Marguerite Duras que la critique rapprochait alors de celle de Conrad. Un roman colonial, assez largement autobiographique, fustigeant les turpitudes de certains administrateurs français en Indochine. Accès facile. Intrigue prenante. Peut se lire comme la simple histoire d'une famille éprouvée, dominée par une femme volontaire. Dossier pédagogique, p. 349-388. [SDM]



Afficher la fiche complète

7

DVD  
Baxter, Vera Baxter / [enregistrement vidéo]
[Montréal] : Olivi, c2009.
1 DVD (90 min) : son., coul. ; 12 cm.



Afficher la fiche complète

8

Livre  
Cahiers de la guerre et autres textes
Paris : P.O.L. : IMEC, 2006.
446 p. : ill. ; 21 cm.
Ces textes, écrits entre 1943 et 1949, ont été déposés par M. Duras à l'Institut Mémoires de l'édition contemporaine (Imec) en 1995. Leur publication "donne aujourd'hui accès à un document autobiographique unique, en même temps qu'à un témoignage précieux sur le travail littéraire de l'écrivain à ses débuts [...]" (cf. quatrième de couverture). [SDM]



Afficher la fiche complète

9

Livre  
Ecrire
[Paris] : Gallimard, c1993.
146 p. ; 19 cm.
Retranscription de trois films documentaires. Un livre pour écrivains, dans une langue incantatoire, oratoire et souvent bas-bleu (selon J. Folch-Ribas). Divers sujets abordés: écrire, l'alcool, Mitterand, un jeune frère mort en Cochinchine, la solitude, la nouvelle maison achetée, l'enfance, les livres, etc. Des redites et des lieux communs (selon R. Levesque). [SDM]



Afficher la fiche complète

10

Livre parlant  
Entretiens inédits Marguerite Duras, François Mitterand. / [enregistrement sonore]
Vincennes : Frémeaux & associés, cc2007.
3 disques compacts (53 min 32 s ; 55 min 5 s ; 64 min 53 s) : numérique ; 12 cm + 1 livret (20 p.).
"Dialogues improvisés [entre Marguerite Duras et François Mitterrand] autour des grands faits qui ont marqué une époque, ces trois entretiens totalement inédits transportent l'auditeur au coeur de la vie politique de la fin des années 1980." (cf. boîtier) [SDM]



Afficher la fiche complète

11

Livre  
Outside : papiers d'un jour
Paris : Albin Michel, 1981.
298 p. ; 21 cm.
La publication, sous forme de livre, d'articles de journaux écrits par Marguerite Duras depuis à peu près un quart de siècle permettra au lecteur, au-delà du plaisir très vif de l'anecdote ou de la multiplicité des thèmes abordés, selon le hasard de la demande quotidienne, de réfléchir sur la différence d'écriture ou au contraire sur la similitude, entre ce genre "mineur" et l'art romanesque ou cinématographique. En tout cas une chose est sûre: ces courts morceaux font partie de l'oeuvre de Marguerite Duras et auront leur place, non seulement dans l'histoire du journalisme et de l'engagement moral de l'écrivain, mais dans la littérature. [SDM]



Afficher la fiche complète

12

Livre  
La pluie d'été
Paris : P.O.L., 1989, c1990.
151 p. ; 21 cm.
Récit de la vie quotidienne d'une famille d'émigrés (père italien, mère russe, sept enfants) dans la banlieue parisienne la plus pauvre, à Vitry-sur-Seine. La critique est très partagée. J. F. Josselin, qui aime l'auteure, a raison d'écrire que ce livre - récit-scénario des «Enfants», un film de Duras, tourné en 1985 - n'est "évidemment pas le meilleur texte" de la romancière. [SDM]



Afficher la fiche complète

13

Livre  
Romans, cinéma, théâtre, un parcours, 1943-1993
[Paris] : Gallimard, 1997.
1756 p. : ill. ; 21 cm.
L'ouvrage est imposant. Il rassemble une grande partie de l'oeuvre de Duras (19 titres) et propose environ 200 documents (images, manuscrits, témoignages, etc.). Ne figurent pas les titres qui sont au catalogue des Editions de Minuit. A noter le prix très raisonnable de cette somme. [SDM]



Afficher la fiche complète

14

Livre  
Le square





Afficher la fiche complète

15

Livre  
La vie matérielle : Marguerite Duras parle à Jérôme Beaujour
Paris : P.O.L., 1987.
158 p. ; 21 cm.
Essai-patchwork, suite de courts chapitres, de digressions, de confidences, de commentaires sur des sujets d'actualité ou autres. Parmi les thèmes abordés on peut citer l'alcoolisme, les désirs sexuels que provoquent les écrivains, l'art de vieillir, la beauté de Paris, la littérature, la maison de famille, la vie nocturne, etc. M. Duras a dit de ce livre, dont le premier jet est radiophonique, qu'il représente ce qu'elle pense "certaines fois, certains jours, de certaines choses". [SDM]



Afficher la fiche complète

16

Livre  
La vie tranquille ; Un barrage contre le Pacifique ; Le marin de Gibraltar ; Les petits chevaux de Tarquinia ; Des journées entières dans les arbres
[Paris] : Gallimard, 1990.
1080 p. ; 22 cm.
Cinq premiers romans et récits de Marguerite Duras, publiés entre 1944 et 1955: les plus accessibles. Seul le roman «Les impudents» (1943, Plon) a été laissé de côté. Aucun appareil critique. Bonne typographie. [SDM]



Afficher la fiche complète

17

Livre  
Yann Andréa Steiner
Paris : P.O.L., 1992.
137 p. ; 21 cm.
Selon A. Rinaldi, l'auteure fait preuve d'une "sentimentalité baignant dans le grotesque" et "pastiche sa propre grandiloquence émiettée jusqu'au délire". Pour M. Braudeau, dans ce "nouvel opuscule sur ses amours, l'amour", M. Duras fait preuve d'un "sens du paradoxe provocant" et propose des "trouvailles" dont la "fausse simplicité précieuse" plaît à certains lecteurs. Duras, "magicienne pythonisse"? La critique québécoise féminine est favorable, sensible au "blues" de Duras. [SDM]



Afficher la fiche complète

18

Livre  
Les yeux bleus, cheveux noirs
Paris : Éditions de Minuit, 1986.
155 p. ; 19 cm.
Cette histoire d'une "union blanche et désespérée" (M. Duras, p. 31) est plus un scénario ou une ébauche de pièce de théâtre qu'un roman. L'histoire est simple: un jeune homosexuel qui vient d'être quitté paie une femme pour qu'elle l'écoute pleurer son amour perdu. De ce «contrat» naît une passion platonique entre deux êtres qui ne veulent rien, qui sortent tous les deux d'une "longue souffrance indécise" (B. Poirot-Delpech, «Le Monde», 14 novembre 1986, p. 21, 24) et échangent des regards noyés dans "la simplicité des larmes" (p. 25). L'oeuvre tourne autour des rapports entre amour et malfaisance, jouissance et douleur, comme le signale le critique du «Monde» qui admet "l'exaspérante réussite" du dernier Duras, dans la veine des précédents jusqu'à la parodie. Les détracteurs de l'auteure pourront une nouvelle fois dénoncer son maniérisme larmoyant, ses brumes et ses affectations, sans compter diverses platitudes de style ("meublée de meubles", p. 21, etc.). [SDM]



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.