Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
 

Ajouter à vos coups de coeur Ajouter au panier Nouvelle recherche
 
 
 

 
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles

 
     
 
Titre L'enfant et le gorille / Jackie Azúa Kramer ; illustré par Cindy Derby ; texte traduit de l'anglais par Camille Guénot.
Auteur Azúa Kramer, Jackie, auteur
Éditeur Paris : Kaléidoscope, [2020]
©2020
Résultat Titre précédent Titre suivant  
 
Sujet français Enfants -- Fiction
Deuil -- Fiction
Mères -- Fiction
Souvenir -- Fiction
Amis imaginaires -- Fiction
Gorille -- Fiction
Pères et fils -- Fiction
Collaboration Derby, Cindy, illustrateur
Description 41 pages non numérotées : illustrations en couleur ; 23 x 28 cm.
Note Traduction de : The boy and the gorilla.
Résumé Lorsque sa maman décède, un jeune garçon voit surgir dans sa vie un gorille imaginaire avec lequel il entame un dialogue sur la mort. Comment sait-on quand quelqu'un meurt? Est-ce qu'on meurt tous? Où maman est-elle partie? Est-ce qu'elle peut rentrer à la maison? Quand est-ce que je me sentirai mieux? Au fil des pages, les questions fusent, entrecoupées de souvenirs que partage l'enfant avec le primate, qui répond de manière simple et rassurante à ses questionnements, l'accompagnant dans ses activités quotidiennes et dans ses rêveries chagrines et nostalgiques tout en respectant son besoin de solitude. Ceci jusqu'à ce que le héros trouve le courage de sortir de la coquille dans laquelle il s'est enfermé et de rétablir la communication avec son papa, qui partage son chagrin et qui l'aidera à faire en sorte que sa maman continue à vivre à travers lui, à la fois dans ses souvenirs et dans les fleurs qu'ils ont plantées ensemble. [SDM]
Critique Un album d'une poignante sensibilité, qui aborde le deuil prématuré d'un parent à la parfaite hauteur des petits par le biais d'un texte habilement ciselé prenant la forme d'un dialogue avec un ami imaginaire, puis avec un papa qui n'hésite pas à montrer sa fragilité. Beaucoup de douceur, de tendresse, d'empathie et de compréhension dans cet échange au gré duquel le héros reçoit des réponses simples et concrètes à ses questions, et ce, tout en se sentant compris par son ami, qui le suit au sommet des arbres où il trouve refuge pour contempler l'horizon tout en le rassurant sur le fait qu'il est tout à fait normal qu'il ait besoin de se retrouver dans sa bulle à l'école. Jusqu'à ce que le temps fasse son oeuvre, apaisant le chagrin et permettant à la vie de reprendre lentement son cours. Le récit, qui aborde la mort sans détour en laissant suffisamment de blancs pour permettre à chacun d'y greffer ses propres croyances (le gorille affirme notamment qu'il ne sait pas où la maman du bambin est partie) est porté avec énormément de finesse et de délicatesse par des lavis éthérés et feutrés, qui se déploient sur les entières doubles pages à l'italienne au sein desquelles s'animent des silhouettes d'une vibrante fragilité. L'illustratrice y traduit avec brio le monde intérieur et le ressenti de l'enfant, dont la solitude, la vulnérabilité et le chagrin sont palpables dans les tableaux où le quotidien se teinte légèrement d'onirisme et de poésie. La palette utilisée s'éclaircit lentement à la fin de l'ouvrage, symbole de la résilience et du deuil qui font peu à peu leur oeuvre. Un bijou. [SDM]
Public cible E+ 5.
ISBN 9782378880354 (relilé)
Autre titre Boy and the gorilla. Français
   
   
   
 
 
   
    Résultat Titre précédent Titre suivant

 
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.