Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Limité à : Mots dans TITRE "Case of the left-handed lady"
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Auteurs (1-3 de 3)

1

Livre  
L'affaire Lady Alistair : un roman
Paris : Nathan, 2007.
264 p. ; 21 cm.
Londres, 1889. Lorsque sa mère s'est enfuie du manoir familial sans préavis ni explications le jour de ses quatorze ans, Enola Holmes a réalisé à quel point son nom était prédestiné: "alone", lorsque lu à l'envers. Pour échapper à ses frères aînés, Mycroft et Sherlock, qui, choqués par son manque de féminité, ne pensent qu'à l'enfermer dans un pensionnat afin de faire d'elle une véritable lady, Enola fugue à son tour. Bien décidée à élucider seule le mystère entourant la disparition de sa mère, elle ouvre sa propre agence de détectives au nom du Dr Leslie Ragostin et se fait passer pour sa secrétaire, sous le pseudonyme d'Ivy Meshle. C'est ainsi qu'elle se voit confier sa première mission: élucider la disparition de lady Cecily Alistair. Dissimulée sous un habile déguisement, la voilà donc qui fait concurrence à son célèbre frère, au nez et à la barbe de ce dernier!



Afficher la fiche complète

2

Livre  
Case of the left-handed lady
[Paris] : Jungle, 2016.
56 p. : principalement des ill. en coul. ; 31 cm.
Londres, 1889. Lorsque sa mère s'est enfuie du manoir familial sans préavis ni explications le jour de ses 14 ans, Enola Holmes a réalisé à quel point son nom était prédestiné: "alone", lorsque lu à l'envers. Pour échapper à ses frères aînés, Mycroft et Sherlock, qui, choqués par son manque de féminité, ne pensent qu'à l'enfermer dans un pensionnat afin de faire d'elle une véritable lady, Enola fugue à son tour. Bien décidée à élucider seule le mystère entourant la disparition de sa mère, elle ouvre sa propre agence de détectives au nom du Dr Leslie Ragostin et se fait passer pour sa secrétaire, sous le pseudonyme d'Ivy Meshle. C'est ainsi qu'elle se voit confier sa première mission: élucider la disparition de lady Cecily Alistair. Dissimulée sous un habile déguisement, la voilà donc qui fait concurrence à son célèbre frère, au nez et à la barbe de ce dernier! La jeune femme ne se contente toutefois pas de ce nouveau métier: le soir venu, elle troque ses prothèses pour un costume de religieuse et distribue des denrées aux plus démunis. Elle a également mis au point un langage codé qu'elle utilise pour envoyer des messages secrets à sa mère via différents journaux. Mais les réponses qu'elle reçoit proviennent-elles réellement de la main maternelle? [SDM]



Afficher la fiche complète

3

Livre  
Enquêtes d'Enola Holmes ; 2
Paris : Nathan, 2007.
264 p. ; 21 cm.
Londres, 1889. Lorsque sa mère s'est enfuie du manoir familial sans préavis ni explications le jour de ses quatorze ans, Enola Holmes a réalisé à quel point son nom était prédestiné: "alone", lorsque lu à l'envers. Pour échapper à ses frères aînés, Mycroft et Sherlock, qui, choqués par son manque de féminité, ne pensent qu'à l'enfermer dans un pensionnat afin de faire d'elle une véritable lady, Enola fugue à son tour. Bien décidée à élucider seule le mystère entourant la disparition de sa mère, elle ouvre sa propre agence de détectives au nom du Dr Leslie Ragostin et se fait passer pour sa secrétaire, sous le pseudonyme d'Ivy Meshle. C'est ainsi qu'elle se voit confier sa première mission: élucider la disparition de lady Cecily Alistair. Dissimulée sous un habile déguisement, la voilà donc qui fait concurrence à son célèbre frère, au nez et à la barbe de ce dernier!



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.