Le portail officiel :Ville de MontréalAccueilMon dossierAideEnglish
Site Web du Réseau des bibliothèques publiques de MontréalCatalogue Nelligan : Bibliothèque de Saint-Michel
     
Limiter la recherche aux exemplaires disponibles
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page Ajouter à mes coups de coeur
Auteurs (1-40 de 40)
Laferrière, Dany, 1953-

1

Livre  
Les années 80 dans ma vieille Ford
[Montréal] : Mémoire d'encrier, 2005.
194 p. : ill. ; 22 cm.
Précédé d'une courte présentation de Rodney Saint-Éloi et d'une mise en contexte par l'auteur (p. 10-31), le volume présente un choix parmi la centaine de textes que Dany Laferrière écrivit pour ##Haïti-Observateur## entre 1984 et 1986. On y retrouve déjà la patte de l'auteur, ce mélange jouissif d'humour, de désinvolture, de réalisme et d'intelligence qui en fait un remarquable chroniqueur, attentif aux moindres bruissements de ce qui l'entoure. [SDM]



Afficher la fiche complète

2

Livre  
L'art presque perdu de ne rien faire
[Montréal] : Boréal, 2011.
389 p. ; 22 cm.
"Je ne sais pas trop comment qualifier ce livre. J'hésite entre un roman des idées et un essai lyrique. En tout cas, j'essaie de brasser ensemble mes réflexions, mes émotions, mes sensations comme mes rires et mes délires, car je n'ai pas l'impression qu'on arrête de vivre parce qu'on est en train de penser. Si mes romans sont une autobiographie de mes émotions, ce livre, dans la même veine, est une autobiographie de mes idées. Ce que je pense n'est jamais loin de ce que je sens. Comme si toute cette philosophie me venait de la petite galerie de ma grand-mère, du fond de mon enfance". D.L.



Afficher la fiche complète

3

Livre  
Autoportrait de Paris avec chat : roman
[Montréal] : Boréal, [2018]
313 pages : principalement des illustrations (majoritairement en couleur) ; 32 cm.



Afficher la fiche complète

4

Livre  
Le baiser mauve de Vava
Montréal : Éditions de la Bagnole, 2014.
[47] p. : ill. en coul. ; 25 cm.
Album où l'on retrouve l'auteur dans sa jeunesse, alors qu'il est toujours amoureux de Vava qui est cependant très malade. Des hommes armés et un couvre-feu rendent malheureusement la vie au village bien différente et les habitants sont inquiets. Le narrateur, déjà poète, entreprend de transgresser cette interdiction de circuler dans les rues la nuit, pour se rendre au chevet de Vava lui donner un baiser mauve qui viendra à bout de sa fièvre. Au matin, Da lui dit qu'il doit la quitter pour rejoindre sa mère à Port-au-Prince, qui est plus sécuritaire. Depuis l'autobus qui l'emmène, il voit la mère de Vava qui sort en courant de chez elle pour crier sa joie de voir sa fille rétablie! [SDM]



Afficher la fiche complète

5

Livre  
Cette grenade dans la main du jeune nègre est-elle une arme ou un fruit? : roman
Montréal : VLB, 2002.
353 p. ; 23 cm.
Roman - autobiographie - métaphore - plaidoyer - dénonciation - démonstration. Une sorte de suite ou plutôt une version revue et augmentée de ##Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer##, dans la mesure où les mêmes sujets sont abordés: le sexe, le pouvoir, le racisme, l'argent, le succès et le métier d'écrivain. Pour l'auteur, l'oeuvre n'est ni un roman, ni un reportage, ni un essai, mais une autobiographie de ses émotions. "Un livre de l'intellect, de la paranoïa" sur les immigrés en Amérique. Sujet central: "Qu'est-ce qu'un écrivain noir peut bien avoir à faire avec l'Amérique (la culture états-unienne) quand elle lui fait fête et succès de son écriture nègre?" (J. Allard). Plaisant, allègre, accessible, "instructif". [SDM]



Afficher la fiche complète

6

Livre  
La chair du maître
Outremont : Lanctôt, c1997.
311 p. ; 23 cm.
Ce huitième roman de l'auteur se situe dans la veine autobiographique de «Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer». Il a pour cadre Haïti à la charnière des années 1970-1980, et pour héros un grand adolescent qui découvre l'érotisme. En 24 chapitres et une centaine de personnages, D. Laferrière a fait le tableau coloré et sensuel, cruel et enchanté, de la vie quotidienne à Port-au-Prince. Dans une entrevue il précise: "c'est un portrait où le sexe, dans sa dimension politique, est dominant". [SDM]



Afficher la fiche complète

7

Livre  
Le charme des après-midi sans fin
Outremont : Lanctôt, 1997.
198 p. ; 23 cm.
Le souvenir, le merveilleux et la tendresse. L'enfance de "Vieux Os" (surnom du jeune Dany). Une succession de récits situés à Petit-Goâve (Haïti) au début des années 1960. L'auteur renoue avec l'humeur autobiographique et les personnages de «L'odeur du café» (1991). Il accorde une place importante à Da, grand-mère très aimée malgré ses petites tendances à la tyrannie. [SDM]



Afficher la fiche complète

8

Livre  
Le charme des après-midi sans fin : roman
Montréal : Boréal, 2010.
241 p. ; 19 cm.
Le souvenir, le merveilleux et la tendresse. L'enfance de "Vieux Os" (surnom du jeune Dany). Une succession de récits situés à Petit-Goâve (Haïti) au début des années 1960. L'auteur renoue avec l'humeur autobiographique et les personnages de ##L'odeur du café## (1991). Il accorde une place importante à Da, grand-mère très aimée malgré ses petites tendances à la tyrannie. Courte postface de l'auteur. [SDM]



Afficher la fiche complète

9

Livre  
Chronique de la dérive douce
Montréal : VLB, c1994.
136 p. ; 23 cm.
Récit-témoignage. Entre fiction et autobiographie. Trois cent soixante-cinq petites proses dans lesquelles l'auteur, raconte sa première année à Montréal, en 1976, frais débarqué d'Haïti et âgé de 23 ans. Un héros débrouillard, ironique, digne, et doué pour l'hédonisme, mais aussi aux prises avec la pauvreté, ses doutes, et l'indifférence des autres. Un court extrait résume bien le ton et l'intention de l'auteur: "vous croyez que c'est simple / quand on vient d'un pays d'été / oú tout le monde est noir / de se réveiller dans un pays d'hiver / où tout le monde est blanc (p. 97). Selon R. Martel, le "premier temps faible dans l'oeuvre de M. Laferrière". Lecture agréable, même si l'auteur ne s'est pas forcé.. [SDM]



Afficher la fiche complète

10

Livre  
Chronique de la dérive douce
Montréal : Boréal, 2012.
208 p. ; 22 cm.



Afficher la fiche complète

11

Livre  
Comment conquérir l'Amérique en une nuit : scénario
Outremont : Lanctôt, 2004.
128 p., [16] p. de pl. : ill. en coul. ; 22 cm.
Reprenant des thèmes qui lui sont chers, l'auteur a écrit un scénario qui a pour protagonistes deux Haïtiens: le premier arrive à Montréal, rêvant de conquérir l'Amérique et la femme blonde, alors que le second, qui vit dans cette ville depuis des années, ne pense qu'à retourner en Haïti. Un regard sur l'exil, l'acculturation et les difficiles relations Nord-Sud qui n'est pas dépourvu d'humour. [SDM]



Afficher la fiche complète

12

DVD  
Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer / [enregistrement vidéo]
Montréal : TVA Films, 2011.
1 DVD (100 min) : son., coul. ; 12 cm.
Comédie satirique. Deux jeunes Noirs, Vieux et Bouba, partagent un petit appartement en plein coeur de Montréal. Vieux, jeune homme plein de charme, rêve de devenir écrivain. En attendant, il fréquente les bars du Quartier Latin. Rien en commun avec l'excentrique Bouba, adepte du Coran, passionné de jazz et maître de la "drague immobile". Le défilé de jolies femmes chez nos deux compères excite l'envie et la suspicion d'un groupe de revendeurs de drogue qui décident de leur faire un mauvais parti. [(c) Médiafilm] [SDM]



Afficher la fiche complète

13

Livre  
Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer : roman
Montréal : Typo, ©2010
175 p. ; 18 cm
Du côté de Bukowsky et de Limonov. Un roman drôle et corrosif, dont les héros sont deux jeunes Noirs locataires d'un deux pièces au carré Saint-Louis. Comme l'écrit R. Martel, dans «La Presse» du 30 novembre 1985, p. E3, "Le prétexte du roman, c'est la baise. Le sujet, c'est le racisme; le racisme ordinaire qu'on refoule dans la sphère secrète des fantasmes sexuels". Dans «Le Devoir» du 20 novembre 1985, p. 27, I. Beaulieu a bien souligné la "très grande assurance d'écriture" de ce journaliste-romancier, d'origine haïtienne, au début de la trentaine. [SDM]



Afficher la fiche complète

14

Livre  
Conversations avec Dany Laferrière : interviews
Montréal : Editions de la Parole métèque, 2010.
217 p. : ill. ; 21 cm



Afficher la fiche complète

15

Livre  
Le cri des oiseaux fous : roman
Outremont : Lanctôt, c2000.
318 p. ; 23 cm.
Un jeune homme, journaliste ayant reçu une éducation bourgeoise, dont la vie est sans doute menacée - son meilleur ami, un journaliste, vient d'être assassiné - fait ses adieux à Haïti en se rendant une dernière fois dans des lieux qu'il a fréquentés: au conservatoire d'art dramatique, dans une station de radio, dans un hôpital et dans un bordel. Nous sommes au début de 1976; Haïti est soumise à un sinistre régime dictatorial. L'auteur a déclaré que ce roman, son dixième, clôt le cycle de son "autobiographie américaine". Il s'agit d'un récit de formation, d'un roman-témoignage, d'inspiration autobiographique, qui est de belle venue malgré diverses lacunes et bavures bien relevées par Réginald Martel, presque toutes concentrées vers la fin de l'oeuvre. [SDM]



Afficher la fiche complète

16

Livre  
Dany Laferrière à l'Académie française : discours de réception
Montréal (Québec) : Boréal, [2015]
80 pages ; 22 cm



Afficher la fiche complète

17

Livre  
L'énigme du retour : roman
[Montréal] : Boréal, 2009.
288 p. ; 22 cm.
"Il m'a donné naissance. / Je m'occupe de sa mort. / Entre naissance et mort / on s'est à peine croisés" (p. 276). Prose et vers libre entremêlés, l'auteur raconte l'histoire d'un Haïtien immigré à Montréal qui retourne dans son pays natal, 33 ans après l'avoir quitté. C'est l'annonce de la mort de son père, lui-même exilé à New York, qu'il n'avait pas revu depuis la petite enfance et qu'il lui faut maintenant enterrer, qui l'amène à accomplir ce voyage qui est par bien des côtés une façon symbolique de (se) rapatrier son père. Selon Danielle Laurin, le livre le plus achevé de Laferrière à ce jour. [SDM]



Afficher la fiche complète

18

Livre parlant  
Entretien avec Dany Laferrière
[Paris] : Audiolib, [2016]
1 disque audio (1 h) ; 12 cm.



Afficher la fiche complète

19

Livre  
Eroshima : roman
Montréal : VLB, 1987.
168 p. ; 22 cm.
En attendant la bombe, faisons la bombe. Le roman érotique, intelligent et désinvolte est une chose assez rare en ces temps de pornographie mafflue, pour qu'on pardonne à l'auteur-voyeur cet amusant mélange de clichés sur l'érotisme japonais, de fantasmes transparents (les préférés des psychanalystes), de conversations imaginaires avec des contemporains d'envergure (Leonard Cohen, Norman Mailer, Moravia). En gardien de l'orthodoxie féministe, J. Royer dénonce la démagogie du narrateur, un "macho" qui cultiverait "un érotisme désincarné". Un roman qui joue de la superficialité comme d'un principe esthétique, d'un mode de connaissance. [SDM]



Afficher la fiche complète

20

Livre  
L'exil vaut le voyage : roman
[Montréal] : Boréal, [2020]
403 pages : illustrations en couleur ; 31 cm.



Afficher la fiche complète

21

Livre  
La fête des morts
Longueuil : Éditions de la Bagnole, 2009.
[45] p. : ill. en coul. ; 25 cm.
L'auteur poursuit la réminiscence de ses souvenirs d'enfance à Petit-Goâve, en Haïti, en compagnie de sa grand-maman Da. Cette fois, il s'attarde sur cette journée d'école buissonnière qui l'a mené à observer une procession funéraire au cimetière en cette journée de la fête des Morts. Il découvre, avec son ami Frantz, dont la mère est enterrée là, cet univers fantastique qui s'anime autour des tombes et chez la vieille Tézina. Cette aveugle, aussi voyante, prédit au gamin qu'il voyagera très loin et les invite à la laisser en compagnie du Baron Samedi, qu'ils sentent venir. Sur le chemin du retour, avec ses copains, il croise à nouveau la rayonnante fillette en jaune. Sous le choc de trop d'émotions, le gamin s'effondre. De retour à la maison, Da le rassure, tant au sujet de cet amour foudroyant qu'au sujet de sa propre mort... -- On retrouve avec plaisir, dans cet album aux tonalités violettes, à la fois par la trame simple et le visuel aux couleurs d'Haïti, le folklore du pays d'origine de l'auteur. S'ajoute à cette évocation réussie des moeurs et coutumes haïtiennes, la prise de conscience de la force de l'amour et de la fatalité de la mort, traitée avec intensité. On peut cependant regretter l'utilisation des personnages pour appeler chaque dialogue, ce qui alourdit inutilement la trame, et qui aurait été plus fluide en suivant la formule du récit précédent. [SDM]



Afficher la fiche complète

22

Livre  
Je suis fatigué : récits
Montréal : Typo, 2005.
222 p. ; 18 cm.
Ce récit constitue une sorte de "testament littéraire" (espérons qu'il ne s'agit que du premier volet) de ce romancier d'origine haïtienne bien connu des Québécois qui vit (en 2000-2001) en Floride, et nous invite ici à entrer dans son univers de conteur. Le texte divisé en courts chapitres comporte des dialogues, des entretiens, des séquences autobiographiques et des réflexions. Parmi les titres de ces chapitres citons: "Le parc", "Mon éditeur", "Un homme en trois morceaux", "Question de la race en Amérique", "La guerre linguistique fait rage sur la planète", "Un garçon cousu de femmes", etc. Très accessible. Séduisant, chaleureux et d'une fraîcheur lucide (qui fait mentir le titre). [SDM]



Afficher la fiche complète

23

Livre  
Je suis fou de Vava
Longueuil : Éditions de la Bagnole, 2006.
[46] p. : ill. en coul. ; 26 cm.
L'auteur relate l'été de ses dix ans à Petit-Goâve, en Haïti: les heures paisibles en compagnie de sa grand-maman Da, les matchs de foot improvisés, la joie de son chien Marquis, la mer bleue et le "ciel liquide"... Mais surtout, il raconte cet amour fou pour la rayonnante Vava, dont un simple toucher de la main lui a valu une fièvre terrible et pour qui il n'hésite pas, au péril de sa vie, à emprunter la bicyclette rouge du forgeron... -- On retrouve dans cet album les souvenirs d'une enfance heureuse, déjà évoqués dans les romans autobiographiques de D. Laferrière (##L'odeur du café##, ##Le charme des après-midi sans fin##, etc.). L'humour, la finesse et la tendresse sont au rendez-vous, dans le texte simple comme dans l'illustration, particulièrement remarquable: il s'agit de peintures naïves riches, lumineuses, colorées, vivantes. Magnifique. [SDM]



Afficher la fiche complète

24

Livre  
Je suis fou de Vava
Montréal : Éditions de la Bagnole, 2013.
[47] p. : ill. en coul. ; 25 cm.
Réédition. L'auteur relate l'été de ses dix ans à Petit-Goâve, en Haïti: les heures paisibles en compagnie de sa grand-maman Da, les matchs de foot improvisés, la joie de son chien Marquis, la mer bleue et le "ciel liquide"... Mais surtout, il raconte cet amour fou pour la rayonnante Vava, dont un simple toucher de la main lui a valu une fièvre terrible et pour qui il n'hésite pas, au péril de sa vie, à emprunter la bicyclette rouge du forgeron... [SDM]



Afficher la fiche complète

25

Livre  
Je suis un écrivain japonais : roman
[Montréal] : Boréal, 2008.
262 p. ; 22 cm.
La mode du roman du roman (l'oeuvre commente le cours de sa naissance) refait surface (cf. Alain Rambault, etc.) et Dany Laferrière, habile et vif, tire le maximum du procédé en ajoutant un paradoxe (le roman n'existe que par son titre). Comme l'écrit la critique du ##Point##, ce roman-chronique "raffiné et cru" "donne à déguster l'art poétique de Laferrière au quotidien" et fait le portrait d'un lecteur (Basho est l'auteur de prédilection) devenu écrivain et qui parce qu'il en a "marre des nationalismes culturels" veut devenir un écrivain japonais. [SDM]



Afficher la fiche complète

26

Livre  
J'écris comme je vis : entretien
Outremont : Lanctôt, c2000.
247 p. ; 23 cm.
Entretiens accordés par l'écrivain D. Laferrière à un journaliste, directeur de la collection «Afriques» aux éditions Actes Sud. Ce dernier a pour objectif de vérifier qu'il existe bien un rapport profond entre la vie et l'oeuvre de cet écrivain qui affirme changer parfois de "chapeau" (écrivain haïtien, québécois, afro-américain, canadien, antillais, etc.) "mais jamais de discours" (p. 116), attitude que B. Magnier a sans doute à l'esprit quand il écrit que son modèle est "fantasque et rigoureux, naïf et roublard, sûr de lui et vulnérable, fragile et déterminé" (p. 244). Mieux que des entretiens, un échange sur des thèmes bien identifiés (lectures d'enfance, les mots, la mort, le vaudou, les lieux habités, les influences, le féminisme, les livres de l'auteur, etc.) qui tourne parfois, pour le plaisir du lecteur, à la "confrontation amicale" (P. Navarro). [SDM]



Afficher la fiche complète

27

Livre  
J'écris comme je vis : entretien
[Montréal] : Boréal, 2010.
257 p. ; 19 cm.
Entretiens accordés par l'écrivain D. Laferrière à un journaliste, directeur de la collection «Afriques» aux éditions Actes Sud. Ce dernier a pour objectif de vérifier qu'il existe bien un rapport profond entre la vie et l'oeuvre de cet écrivain qui affirme changer parfois de "chapeau" (écrivain haïtien, québécois, afro-américain, canadien, antillais, etc.) "mais jamais de discours", attitude que B. Magnier a sans doute à l'esprit quand il écrit que son modèle est "fantasque et rigoureux, naïf et roublard, sûr de lui et vulnérable, fragile et déterminé". Mieux que des entretiens, un échange sur des thèmes bien identifiés (lectures d'enfance, les mots, la mort, le vaudou, les lieux habités, les influences, le féminisme, les livres de l'auteur, etc.) qui tourne parfois, pour le plaisir du lecteur, à la "confrontation amicale" (P. Navarro). [SDM]



Afficher la fiche complète

28

Livre  
Journal d'un écrivain en pyjama
Montréal : Mémoire d'encrier, 2013.
319 p. ; 22 cm
"Le pyjama est un étrange habit de travail", nous dit Dany Laferrière, qui, après trente années d'écriture, décide de parler à ses lecteurs. Suite de fragments et de scènes où fiction, réflexion, récit, méditations s'alternent. Journal d'un écrivain en pyjama met sous nos yeux l'itinéraire de cet écrivain pour qui la vie est une aventure exaltante, qui se conjugue entre lire et écrire. L'auteur intervient ni en savant ni en érudit, mais plutôt en écrivain-lecteur, dandy, esthète passionné: Que lisons-nous?



Afficher la fiche complète

29

Livre  
Mwen damou pou Vava
Longueuil : Éditions de la Bagnole ; Coconut Creek (Fla) : Educa Vision, 2007
[46] p. : ill. en coul. ; 25 cm.



Afficher la fiche complète

30

Livre  
L'odeur du café
Montréal : Éditions de la Bagnole ; Saint-Lambert : Soulières, 2014.
160 p. : ill. en coul. ; 21 cm.
Réminiscences de l'enfance haïtienne de l'auteur, qui relate, à partir de l'été 1963 et comme des pierres blanches qu'il aligne au fil du temps, ces moments forts dont il se souvient par bribes et qu'il présente au gré de ses envies depuis une certaine galerie, d'où il contemplait la vie et les habitants de Petit-Goâve, alors que Da, sa grand-mère, l'appelait Vieux Os. Des souvenirs aussi de sa maison, de ce grand-père franc-maçon passionné de roses et de tracteurs, du chien Marquis, des mangues volées au riche Devieux durant la nuit, des pluies de Jacmel, des gens, de la vie, du corps et de ses faiblesses, du cimetière, de son amour pour Vava, d'une forte fièvre et des rêves de Da, de l'odeur des étals de poissons, de la mer, du café des Palmes... [SDM]



Afficher la fiche complète

31

Livre  
L'odeur du café : récit
Montréal : Typo, 1999.
222 p. ; 18 cm.



Afficher la fiche complète

32

Gros caractères  
L'odeur du café / [texte (gros caractères)]
Laval : G. Saint-Jean, 2010.
295 p. (gros caractères) ; 21 cm.
Mille neuf cent soixante-trois à Petit-Goâve. Le narrateur a dix ans. Un récit qui "vient du fond du corps" et dans lequel l'auteur évoque son enfance et son village haïtien. Selon R. Levesque, une "mosaïque littéraire" qui propose un parcours en "délicatesse, en finesse". Selon R. Dostie, le style est dépouillé et sensuel. [SDM]



Afficher la fiche complète

33

Livre  
Pays sans chapeau : roman
[Montréal] : Boréal, 2006.
275 p. ; 19 cm.
Après vingt ans d'exil, le narrateur - Dany Laferrière lui-même qui se "met en fiction" (D. L.) - renoue avec Haïti, son pays natal, et avec sa mère. Un roman-chronique cousu de souvenirs, largement dialogué, qui plonge le lecteur dans la vie quotidienne à Port-au-Prince, dans la mentalité haïtienne, dans la culture, l'imaginaire, les croyances et superstitions (le vaudou) de cette île où cohabitent beauté et violence, absolue pauvreté et richesse insolente. Avec son "parti pris de naïveté" (J. Sergent), l'auteur "nous en met plein la vue de merveilleux, de drôlerie, de douce folie" (R. Martel) sans dissimuler l'aspect tragique de la situation d'Haïti. [SDM]



Afficher la fiche complète

34

Livre  
Le Serpent à plumes pour Haïti
Monaco : Serpent à plumes, 2010.
175 p. : ill. (principalement en coul.) ; 30 cm.



Afficher la fiche complète

35

Livre  
Tout bouge autour de moi
Montréal : Mémoire d'encrier, 2010.
159 p. ; 22 cm.



Afficher la fiche complète

36

Livre  
Tout bouge autour de moi
Montréal : Mémoire d'encrier, 2011.
140 p. ; 22 cm.



Afficher la fiche complète

37

Livre  
Tout ce qu'on ne te dira pas, Mongo
Montréal, Québec : Mémoire d'encrier, [2015]
299 pages ; 22 cm



Afficher la fiche complète

38

Livre  
Vers d'autres rives
Montréal (Québec) : Boréal, [2019]
1 volume (non paginé) : illustrations (principalement en couleur) ; 24 cm.



Afficher la fiche complète

39

DVD  
Vers le Sud Heading South / [enregistrement vidéo] =
[Montréal] : Films Séville ; [Burbank, Calif.] : Warner Bros. Entertainment, [2006]
1 DVD (107 min) : son., coul. ; 12 cm.
Drame de moeurs. Haïti, fin des années 1970. Déçue par ses relations avec les hommes de son pays, Ellen, une quinquagénaire de Boston, passe ses vacances dans un hôtel à proximité de Port-au-Prince. Comme la Québécoise Sue, elle vient chaque hiver y chercher la tendresse et la satisfaction sexuelle que leur procurent de jeunes Haïtiens, moyennant rétribution. Lorsqu'une compatriote, Brenda, se met à lui disputer les faveurs du séduisant Legba, Ellen se sent menacée et tente de refermer son emprise sur le jeune homme. Retranchées dans leur petit paradis factice, les deux rivales ne voient pas que le nouveau gouvernement de "Baby Doc" Duvalier commence à faire des victimes, et que Legba risque fort d'être la prochaine. [(c) Médiafilm]. Comprend un entretien avec Laurent Cantet dans lequel il parle de son film et de sa genèse. [SDM]



Afficher la fiche complète

40

Livre  
Vers le Sud : roman
[Montréal] : Boréal, 2006.
250 p. ; 22 cm.
"Sensualité, sexe ("le sexe dans sa dimension politique" (D.L.)), amour, argent" (M. Payot). De ##La chair du maître## (1997), un gros roman aux multiples personnages, l'auteur a tiré cette oeuvre plus linéaire dans laquelle des femmes blanches, des étrangères dans la cinquantaine, jettent leur dévolu sur de fringants adolscents noirs qui découvrent "le pouvoir subversif de la séduction" (M. C. Fortin). La scène se passe à Haïti, dans les années 1970, à l'époque où les macoutes terrorisent la population. Adaptation cinématographique par Laurent Cantet (2006). [SDM]



Afficher la fiche complète
Ajouter au panier, tous les titres sélectionnés Ajouter au panier, tous les titres de la page
Afficher les titres à partir du numéro :
 
  Crédit, bandeau Nelligan :
Roseline Granet, Monument à Émile Nelligan (2005).
Square Saint-Louis, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ©Ville de Montréal 2006.